ENTREPRISES & STRATÉGIES — Services & Conseils

Jeux

Un loto africain géré au Luxembourg



Patrick Bosch connaît bien le Luxembourg pour avoir travaillé durant huit ans à la Loterie nationale. (Photo : D.R.)

Patrick Bosch connaît bien le Luxembourg pour avoir travaillé durant huit ans à la Loterie nationale. (Photo : D.R.)

La société BR Gaming vient de s’implanter au Grand-Duché où elle prévoit de recruter un total de 20 à 25 personnes. Objectif : lancer une loterie panafricaine sur le modèle d’Euromillions.

Sur les rails depuis plusieurs années, le projet de loterie panafricaine n’avait jamais pu aboutir jusqu’à présent. Y compris avec l’aide de l’ancien footballeur Basile Boli qui y était associé en 2009.

Mais, cette fois, Africamillions est en passe de voir le jour, avec une nouvelle équipe qui opère… au Luxembourg. BR Gaming, opérateur international de jeux, est établi au Grand-Duché depuis avril dernier.

Le jeu devrait être lancé vers la fin de l’année et proposer des cagnottes minimums de 200 millions de francs CFA (environ 300.000 euros). Un projet similaire existe sur l’Amérique du Sud, mais il n’est pas aussi avancé.

Dans un premier temps, il ne sera pas possible de jouer sur Internet. Mais la société est à la recherche de solutions mobiles, pour des paris par SMS ou autres. BR Gaming songe notamment au système M-Pesa, déjà très populaire au Kenya.

Pourparlers avec d’autres pays

Pour l’instant, six pays sont concernés : le Sénégal, la Gambie, la Guinée-Bissau, la Côte-d’Ivoire et les deux Congo. « Nous sommes en pourparlers avec d’autres pays », indique Patrick Bosch, patron de BR Gaming (Gambling?). Aucun loto n’existe encore dans ces pays-là.

Le dirigeant connaît bien le Luxembourg pour avoir travaillé durant huit ans à la Loterie nationale luxembourgeoise. Il y est installé depuis 15 ans.

« Créée en France, la société BR Gaming était dirigée depuis Paris mais avait son centre opérationnel à Abidjan en Côte d’Ivoire. L’équipe précédente était trop tributaire des événements politiques », explique Patrick Bosch. La filiale à Abidjan est tout de même conservée.

« Nous avons tout restructuré. Nous cherchions un endroit pourvu de structures technologiquement adaptées sans influence géopolitique, à proximité des datacenters pour pouvoir offrir un service de qualité. Le Luxembourg nous est apparu comme un choix évident », poursuit le dirigeant.

Tous les paris réalisés dans les différents points de vente seront transmis à une centrale et enregistrés. «Il était initialement prévu de faire les transmissions par satellite. La stratégie est aujourd'hui différente. Nous nous appuierons sur des réseaux existants dans chaque pays (GPRS, 3G, ADSL, lignes dédiées et dans certains cas des connexions par satellites dans des régions éloignées)»

En phase de recrutement, la société vise 20 à 25 salariés au Luxembourg d’ici à la fin de l’année (informatique, marketing, finance...).

Le capital de BR Gaming est détenu par plusieurs centaines d’actionnaires, dont des fonds d’investissement (ex.Alpha).