ENTREPRISES & STRATÉGIES — Services & Conseils

Finalistes Mind & Market

«Un besoin de financements pour nos activités»



mindmarket.png.jpg

Silvia Bolognin (à gauche), Emmanuelle Ragot (au milieu) , Stéphanie Smith-Eckhardt (à droite) (Photo: Deloitte)

Retour sur les finalistes de la première édition du forum Mind&Market à destination des porteurs de projets et idées innovants. Silvia Bolognin, Stephanie Smith-Eckhardt et Jens Schwamborn évoquent Braingineering Technologies.

Mesdames, comment décririez-vous votre projet en quelques mots?

«En trois mots, notre projet est novateur, pertinent et technologique. Le 'braingineering' est une technologie de pointe dernière génération dite high-tech qui s’inspire du fonctionnement du cerveau humain (Brain-on-a-Chip). Cette technologie utilise la méthode CSPi afin d’intégrer des neurones et/ou des astrocytes dans un appareil microfluidique pour le test in vitro de médicaments. Parmi ses nombreux avantages, on retrouve la duplique quasi similaire de la maladie humaine, la réduction du recours à l'expérimentation animale, le criblage à haut débit, ainsi que des coûts relativement faibles.

Avec le recul, quels sont les enseignements que vous tirez d’une participation à un événement tel que Mind&Market au Luxembourg? Les feed-back reçus vous ont-ils aidé à faire avancer votre projet?

«D’un point de vue général, un moment fort a été l’intervention de Ben Hammersley, 'futuriste' et keynote speaker du Forum Mind & Market in Luxembourg. Sa présentation était à la fois une source d'inspiration et d’encouragement.

D’un autre côté, recevoir le Prix du jury a été une très grande satisfaction. De plus, la chance d’accroître notre visibilité et les possibilités de rencontres ont constitué les principaux aspects positifs du forum. Nous avons pu échanger avec d'autres entrepreneurs sur nos difficultés et nos réussites et nous avons rencontré des organisations qui soutiennent l'entrepreneuriat

Quel feed-back avez-vous reçu du marché et des entreprises? De quoi avez-vous besoin maintenant pour faire avancer votre projet?

«Il n’y a pas eu de retour après le forum mais nous avons pu rencontrer et échanger avec Emmanuelle Ragot de Wildgen, cabinet d’avocat luxembourgeois qui nous a attribué le Prix du jury. Ce cabinet va soutenir nos démarches en s’assurant que les contrats passés avec les clients et les investisseurs potentiels concordent avec les intérêts de notre société. Ils vont également nous aider à protéger notre propriété intellectuelle au moyen de brevets et de marques.

Dans l’immédiat, nous avons besoin de financements pour pouvoir développer nos activités. Pour cela, nous avons pu travailler avec Nyuko et Technoport, deux organisations qui soutiennent l'entrepreneuriat au Luxembourg. Nyuko dispose d'un réseau impressionnant qui nous donne la possibilité de présenter nos idées aux investisseurs potentiels ainsi qu’à d'autres experts. Technoport nous propose de profiter de leurs locaux en y louant des bureaux.

Comment envisagez-vous l’évolution de votre entreprise dans les cinq prochaines années ainsi que la culture d’innovation au Luxembourg?

«Nous serons un partenaire fiable de grandes entreprises pharmaceutiques dans le domaine du criblage des médicaments. Nous sommes convaincus que nous pouvons fournir à nos clients des services hautement personnalisés et augmenter leurs chances de développer des médicaments efficaces, capables de traiter la maladie de Parkinson et la maladie d'Alzheimer. Nous travaillerons probablement avec un nombre limité de clients dans le cadre d’une relation B2B privilégiée.

Nous espérons que la vision de l'entrepreneuriat aura évolué dans plusieurs secteurs, reconnue comme une opportunité pour contribuer à la richesse économique et sociale au Luxembourg. Le gouvernement apporte un soutien accru en finançant les start-up et en proposant des incubateurs pour différents secteurs. Le secteur des biotechnologies bénéficiera plus particulièrement de l'incubateur mis en place dans la House of Biohealth.»