POLITIQUE & INSTITUTIONS
POLITIQUE

Ministère du Travail

Un an pour restructurer l’ITM



nschmit.jpg

Le ministre du Traval, Nicolas Schmit, a comparé l'ITM à un bateau dont «on ne sait où il va». (Photo: Olivier Minaire / archives)

Un audit sur le fonctionnement et la gestion de l’Inspection du travail et des mines (ITM) a révélé un certain nombre de lacunes auxquelles le ministre du Travail, Nicolas Schmit, souhaite désormais mettre un terme au plus vite. Il y va de la crédibilité de cette administration.

Dans un entretien accordé au Tageblatt, le ministre du Travail et de l’Emploi, Nicolas Schmit, a évoqué la réforme de l’Inspection du travail et des mines (ITM), une administration dont, selon lui, «les lacunes vont de problèmes informatiques à un manque de structures organisationnelles en passant par un malaise général au niveau du personnel».

Il a comparé l’Inspection du travail et des mines à un navire dont «on ne sait pas où il va» et dont «le rôle n’est plus justifié».

Marco Boly aux manettes

Face à cela, Robert Huberty, le directeur de l’ITM – qui a fait valoir ses droits à la pension bien qu’il effectuera encore l’une ou l’autre pige dans le cadre de la présidence luxembourgeoise du Conseil européen –, a fait réaliser un audit dont les résultats seraient «assez alarmants».

D’où la nécessité d’une réforme rapide qui a été confiée à Marco Boly, un ancien d’ArcelorMittal nommé directeur adjoint de l’ITM en octobre dernier. Selon le Tageblatt, il disposerait d’un an pour mener cette mission à bien.