ENTREPRISES & STRATÉGIES
TECHNOLOGIES

Résultats

Un 1er semestre négatif, mais dans les clous pour SES



_wil7775-_business_wire.jpg

Grâce à la progression de 10,6% de la branche SES Networks, le groupe reste dans ses objectifs pour cette première partie d’année. (Photo: Business Wire)

L’opérateur de satellites annonce des résultats financiers pour la première moitié de l’année «conformes aux attentes de la société». Même si la branche SES Networks affiche une progression d'un peu plus de 10%, l'évolution du chiffre d’affaires est moins bonne qu'au 1er semestre 2017.

Après une année 2017 qui avait vu un chiffre d’affaires en repli de 1,6% et une contre-performance des divisions SES Video et SES Networks, le groupe satellitaire a affiché vendredi des résultats pour le premier semestre en demi-teinte.

L’entreprise voit son chiffre d’affaires global reculer de 6,4% à 981,4 millions d’euros, soit plus qu’au premier trimestre où il avait perdu 4,9%, et sa marge Ebitda de 9,6%, comparé au 1er semestre 2017. Mais le chiffre d’affaires récurrent, qui exclut les recettes périodiques et les autres revenus, connaît une progression de 1,5%.

Les deux divisions de SES, SES Video et SES Networks, connaissent des chiffres d’affaires en baisse de 5,9% pour la première et 6,2% pour la seconde. Si l’on s’intéresse au chiffre d’affaires récurrent, la branche réseau affiche toutefois une progression de 10,6%, alors que SES Video s’inscrit en repli de 2,3%, toujours par rapport à la même période de l’année dernière.

«Une très bonne nouvelle»

Ces résultats sont «conformes aux attentes de la société», indique SES dans un communiqué. Et d’ajouter que «les prévisions financières de chiffre d’affaires et d’Ebitda sont réaffirmées pour 2018».

«Le retour à la croissance de notre chiffre d’affaires récurrent est une très bonne nouvelle», précise le CEO du groupe, Steve Collar. «Cette progression est portée par l’excellente performance de notre activité Networks et, en particulier, des solutions aéronautiques et des services aux administrations publiques».

«Nous pensons pouvoir atteindre la moitié supérieure de la fourchette de chiffre d’affaires indiquée dans nos prévisions et ainsi atteindre le montant d’Ebitda implicite des prévisions, avec cependant un pourcentage de marge d’Ebitda modestement réduit», ajoute celui qui a remplacé Karim Michel Sabbagh le 5 avril dernier.