PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS

Réorganisation

UBS se réorganise en Belgique, depuis Luxembourg



ubs_luxembourg.jpg

Le siège d’UBS Luxembourg servira également de base à la future succursale. (Photo : archives paperJam)

UBS Luxembourg s’apprête à fusionner avec sa filiale belge et va créer, dans le même temps, une succursale. Une opération qui n’est pas étrangère aux exigences de Bâle III.

UBS Luxembourg réorganise ses activités en Belgique, du moins sur le plan structurel. C’est ce qui ressort des informations publiées par nos confrères du quotidien belge l’Echo. Le Luxemburger Wort croit savoir, pour sa part, que l’actuelle filiale belge va être absorbée par l’entité luxembourgeoise – d’ores et déjà actionnaire majoritaire –, afin d'en rationaliser les opérations, comme l’autorise la procédure de fusion transfrontalière simplifiée. La banque du boulevard Kennedy servira, parallèlement, comme base pour le déploiement une nouvelle succursale en Belgique.

Bâle III : un argument d’attractivité ?

Si la banque devrait, sans surprise, vouloir délivrer le même type de service à ses clients de l’autre côté de la frontière, la raison de cette opération, non commentée depuis le Boulevard Kennedy à l’heure actuelle, serait d’ordre réglementaire. La succursale – qui tombera dans ce cas sous législation luxembourgeoise – n’étant pas une personne morale distincte de sa maison mère, elle ne doit pas se soumettre aux obligations liées à Bâle III. Ces dernières visent à réconcilier les risques des banques avec les fonds propres qu’elles détiennent et entraînent une série d’obligations en termes de ratio de liquidités et de fonds propres.

L’avenir nous dira si la prise de position, ce jeudi, du ministre des Finances, Luc Frieden, en faveur d’une approche prudente dans l’application des règles de Bâle III est un argument pour attirer de nouvelles entités au Luxembourg ou favoriser le développement de succursales d’entités déjà présentes.

L’environnement réglementaire du pays et la souplesse offerte par la succursale ont, semble-t-il, déjà séduit par le passé. Comme en décembre dernier quand la banque suisse Lombard Odier avait décidé d’étendre ses activités bancaires depuis le Luxembourg via des filiales dans différents pays de l’Union européenne. Cette semaine, la Bil annonçait vouloir s’étendre vers la Belgique via ce même type de structure.