POLITIQUE & INSTITUTIONS
POLITIQUE

Investiture présidentielle

Trump trouve des soutiens au Luxembourg



becker_et_feyereisen_trump_lalalaphoto.jpeg

Frédéric Becker et Alain Feyereisen ont exprimé leur soutien envers le nouveau président américain en assistant à la fête organisée par Republicans Overseas Luxembourg vendredi. (Photo: Lala La Photo)

L’investiture de Donald Trump en tant que 45e président des États-Unis a également été suivie depuis Luxembourg par quelques supporters. Soit une vingtaine de personnes rassemblées par le chapitre luxembourgeois des Republicans Overseas.

Ils étaient une vingtaine, vendredi soir, Américains et résidents, au White Rose Pub pour regarder depuis Luxembourg la cérémonie d’investiture du 45e président américain. James O’Neal, le président de l’organisation à l’origine du rassemblement, Republicans Overseas Luxembourg, a rappelé que «Trump a été élu avant tout pour ramener de l’emploi à la classe moyenne».

«Même son conseiller Flynn a dit que les enjeux de première, deuxième et troisième importance sont d’apporter des emplois, des emplois et des emplois», insiste-t-il. Et bien avant les questions de politique internationale. La classe moyenne «croit en son message, croit qu’il peut tenir ses promesses en restaurant la prospérité pour tous les Américains, et pas seulement Wall Street».

Un message que partageaient les autres supporters républicains présents vendredi. Parmi ceux-ci, Frédéric Becker, qui a souligné qu’«après ce premier combat contre le chômage, il devrait rétablir l’ordre du Nouveau Monde, en stoppant l’interventionnisme, contrairement aux endroits comme la Syrie, où il aurait fallu faire quelque chose». La politique envers la Russie doit également «être changée», selon le jeune homme. «Ils devraient se rapprocher à nouveau au lieu de toujours chercher la confrontation», a-t-il ajouté.

Laissez une chance à Trump.

Supporters républicains lors de l’investiture du président

Autre supporter de Trump, Alain Feyereisen, qui déplore la façon que les gens ont de juger Trump avant même qu’il ait commencé sa tâche. «Il n’a encore rien fait et les gens sont déjà contre lui. Ce n’est pas normal. D’abord, il doit faire son travail et ensuite vous pourrez le juger.» Un discours soutenu par l’assemblée et James O’Neal, qui insiste: «Soyons pragmatiques, restons calmes et voyons ce qu’il se passe.»

Découvrez le compte-rendu et plus de photos de l’événement sur delano.lu (en anglais).

Rectificatif: messieurs Feyereisen et Becker ont indiqué à la rédaction de Paperjam qu'ils n'appartenaient pas au parti ADR, contrairement à ce que nous indiquions précédemment dans cet article.