ENTREPRISES & STRATÉGIES — Services & Conseils

Mobilité

Troty s’installe à Luxembourg



gare.jpg

Troty se veut une solution supplémentaire aux problèmes de mobilité. (Photo: Troty)

Depuis quelques jours seulement, des trottinettes électriques sont disponibles en libre-service via l’appli Troty. Entre 40 et 50 véhicules devraient être mis à disposition d’ici le printemps prochain.

C’est fun, simple, moderne, rapide et écologique, et c’est un carton à Bruxelles, Varsovie ou Madrid! Depuis quelques jours, des trottinettes électriques sont aussi disponibles en libre-service à Luxembourg. «Comme c’est le cas ailleurs, nous souhaitons proposer au public cette solution de mobilité douce complémentaire aux autres moyens de transport», explique à Paperjam Sébastien Pourbaix, entrepreneur français installé dans la capitale et qui dispose des licences d’exploitation.

Une appli et c’est parti

Le concept de Troty? «Favoriser la mobilité douce tout en se débarrassant d’une série de contraintes, notamment celles liées aux stations de vélos. Tout part de l’appli, une technologie innovante mise au point à Bruxelles, mais dans le but de s’adapter à n’importe quelle ville. Le fait que l’appli ait été développée par nos soins est notre spécificité. La plupart des autres opérateurs de mobilité douce ‘louent’ leur appli à d’autres. Pas nous.»

Pour utiliser Troty et vous déplacer en trottinette, rien de plus simple. Première étape: télécharger l’appli et valider son compte. «On vous demandera une photo de vous, de votre carte d’identité et les références d’une carte de banque.»

(Photo: Troty)

Seconde étape: repérer où se trouve une trottinette disponible sur la carte interactive, et s’y rendre. Une fois sur place, un simple clic suffit à demander à ce que la trottinette soit «déverrouillée».

0,15 euro la minute

Troisième étape: on vous demande la durée estimée d’utilisation. Ceci afin d’adapter le tarif de location, à la minute (0,15 euro), à l’heure (6,5 euros) ou à la journée (39 euros), en plus d’un euro de frais de départ. Un code est alors envoyé, afin de pouvoir ouvrir le cadenas. Et vous voilà parti.

Et une fois terminé, où redépose-t-on l’engin? «Où on veut. C’est cela la spécificité de notre produit. On demandera cependant à notre client de nous envoyer une photo de la trottinette attachée à un poteau, par exemple. Nous voulons en effet avoir la garantie qu’une fois utilisée, elle ne gênera pas la mobilité des autres. Et toutes les trottinettes sont récupérées le soir, pour être rechargées, mais aussi pour éviter un usage inapproprié.»

Bientôt 15 trottinettes en service

Pour le moment, la phase de test est toujours en cours avec cinq trottinettes. «Nous n’avons pas voulu débouler tout d’un coup en ville avec une cohorte d’engins. Nous voulons prendre le temps de voir ce qui va et va moins bien, ce qui peut être problématique. Et trouver les meilleures solutions avec la police et les autorités communales, ce qui est en cours. Nos trottinettes ne dépassent pas 25km/h et sont donc considérées comme des vélos.

Mais on se rend compte que rouler sur un trottoir à certains endroits n’est pas idéal, tout comme se retrouver sur le boulevard Royal au milieu des voitures peut être dangereux. Raison pour laquelle nous ne mettons pas de trottinettes en service à la Cloche d’Or, par exemple.»

Cependant, 10 trottinettes de plus devraient être accessibles la semaine prochaine. L’ambition étant d’en mettre entre 40 et 50 en service pour mars ou avril 2019.

Ludique et intuitif

Troty a en tout cas déjà fait des adeptes à Luxembourg. «C’est un moyen facile pour se déplacer sur des distances trop courtes pour la voiture, mais trop longues pour aller à pied, vers des endroits mal ou peu desservis par les transports en commun. Et sans la difficulté de trouver une borne, comme c’est le cas pour les vélos. Nous nous voyons donc comme une offre complémentaire à ce qui existe.

L’utilisation est ludique et intuitive, avec un bouton pour accélérer et un frein. Nos trottinettes sont légères et stables, donc maniables. Nous demandons évidemment à nos clients d’en faire un usage raisonnable, de veiller à la sécurité, notamment en portant idéalement un casque.» Et comme pour les vélos de location, vous êtes civilement responsables une fois les premiers tours de roue effectués. Et tenus de respecter le Code de la route.