COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Ressources humaines

Etude

Travail: les hommes 27% moins absents que les femmes



Autre conclusion, le taux d’absentéisme lié aux maladies courtes se réduit avec l’âge. (Photo: Blitz/Archives)

Autre conclusion, le taux d’absentéisme lié aux maladies courtes se réduit avec l’âge. (Photo: Blitz/Archives)

Selon une étude du CEPS/Instead, les résidents étrangers ont un taux d’absentéisme inférieur de 10% à 15% aux Luxembourgeois.

Dans le cadre de l’introduction du statut unique en 2009, le gouvernement avait présenté la maîtrise de l’absentéisme comme une priorité. Il s’agissait de «s’engager dans une démarche commune afin de prendre les mesures positives tendant à la responsabilisation de tous les acteurs pour agir…»

Pour y voir plus clair et mieux identifier l’ampleur et les causes du phénomène, l’Etat et les partenaires sociaux avaient donc commandé une étude à l'établissement de recherche public Ceps/Instead.

Les travaux conduits entre 2009 et 2010, à partir des données de l’Inspection Générale de la Sécurité Sociale (IGSS), donnent quelques résultats surprenants. Le document daté de mai 2011 est signé de Mireille Zanardelli, Anne-Sophie Genevois (CEPS/Instead) et de Thierry Mazoyer (IGSS).

Il apparaît par exemple que le taux d’absentéisme des hommes est inférieur de 27% à celui des femmes, que les absences soient de courte ou de longue durée.

«Cette différence (…) est souvent expliquée, du moins pour partie, par l’implication plus forte des femmes dans la sphère privée et notamment dans la garde d’enfants. Il est en effet probable que les femmes assurent plus fréquemment que les hommes les problèmes de garde liés aux enfants malades. Toutefois, il semble que la différence entre hommes et femmes ne s’explique pas intégralement par cet élément. En effet, il semble que la littérature, notamment médicale, trouve dans certaines spécificités physiologiques des femmes une partie des causes de leur absentéisme plus important», expliquent les auteurs.

Conditions de travail

Autre conclusion, le taux d’absentéisme lié aux maladies courtes se réduit avec l’âge. «A mesure que l’âge augmente, le salarié augmente son expérience professionnelle totale et il connaît des promotions qui améliorent ses conditions de travail et réduisent son absentéisme de courte durée», avance notamment l’étude.

Il existe également des différences liées à la nationalité. Ainsi, les résidents étrangers ont un taux d’absentéisme de courte durée inférieur de 10% à 15% aux résidents luxembourgeois. Concernant les frontaliers, la situation est hétérogène: «toutes choses égales par ailleurs, les frontaliers français ont un taux identique aux Luxembourgeois, les frontaliers belges, un taux un peu inférieur et les frontaliers allemands un peu supérieurs.»

Par ailleurs, le fait de travailler à temps plein augmente le taux d’absentéisme d’environ 23% par rapport à un temps partiel, quel que soit le type d’absence.

Enfin, plus la taille de l’entreprise augmente, plus le taux d’absentéisme s’élève. «Cette relation peut s’expliquer par le fait que, dans les petites entreprises, les possibilités de remplacement sont moins nombreuses compte tenu du nombre de salariés plus faibles sur lesquels se répartit la tâche», explique l’étude.