POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Commission européenne

Toujours pas d’accord sur le glyphosate



La question du glyphosate divise plus que jamais les États membres, qui vont devoir désormais négocier avec un comité d’appel. (Photo: DR)

La question du glyphosate divise plus que jamais les États membres, qui vont devoir désormais négocier avec un comité d’appel. (Photo: DR)

La Commission européenne n’est une nouvelle fois pas parvenue, ce jeudi, à convaincre une majorité qualifiée d’États membres dans le dossier du Roundup. Dont va hériter désormais un comité d’appel.

L’exécutif européen a une nouvelle fois échoué, ce jeudi, à amener les 28 États membres à se prononcer pour une prolongation – de cinq ans, comme il le souhaitait – de la licence du glyphosate, l’herbicide controversé sur lequel les 28 n’arrivent pas à s’entendre.

Après avoir d’abord proposé une période de 10 ans – à laquelle le Luxembourg était opposé –, la Commission avait revu au dernier moment, lors d’une précédente réunion en octobre, ses prétentions à la baisse, sans parvenir à obtenir une majorité qualifiée de 55% des États membres, dont quelques-uns exigent le retrait progressif du produit.


Au vote de ce jeudi, 14 États membres seulement se seraient déclarés prêts à soutenir la proposition faite par Bruxelles, qui, pour mettre fin à cette cacophonie ambiante, va maintenant soumettre sa proposition à un comité d’appel.

À charge pour celui-ci de trancher, alors que la licence dont dispose le glyphosate dans l’Union européenne expire le 15 décembre.

Si ce comité d’appel ne parvient pas, à son tour, à obtenir une décision majoritaire, ce sera alors à la Commission de décider seule.

Ce envers quoi s’est déjà distancié le commissaire européen à la Santé Vytenis Andriukaitis, qui refuserait d’endosser seul la responsabilité d’une décision de renouvellement, considérant qu’elle doit être partagée par les États membres.