PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Fonds

Conséquences du Brexit

T. Rowe Price bascule de Londres vers Luxembourg



bs-bz-t-rowe-earnings-20150422.jpg

Implanté depuis 2005 au Luxembourg, T. Rowe Price y effectuera désormais ses activités européennes. (Photo: Licence C.C.)

La société américaine, qui gère quelque 1.000 milliards de dollars d’actifs, annonce dans les colonnes du Financial Times son départ de la capitale britannique pour s’implanter au Grand-Duché. Une arrivée qui devrait être effective «d’ici l’été».

Nouvelle annonce d’arrivée pour la Place en prévision du départ du Royaume-Uni de l’Union européenne. Dimanche, T. Rowe Price a annoncé dans les colonnes du Financial Times sa volonté de transférer son siège social européen de Londres vers Luxembourg. Une décision «prise l’année dernière» et justifiée par «ce que nous savons du Brexit pour le moment, ce qui correspond à probablement 25% de ce que nous saurons d’ici un an», selon Robert Higginbotham, head of global investment services chez T. Rowe Price.

Selon le quotidien économique britannique, la société, qui gère quelque 1.000 milliards de dollars (806 milliards d’euros) et qui opère également à Madrid, Milan, Zurich, Francfort, Amsterdam, Copenhague et Stockholm, a entamé les démarches auprès de la CSSF «il y a deux semaines» afin de séparer ses activités britanniques de celles réalisées en Europe. Si le bureau londonien continue son activité, il se limitera désormais au marché britannique, celui de Luxembourg devenant le nouveau centre névralgique de gestion de ses activités sur le vieux continent.

Dublin et Luxembourg plébiscités

Le déménagement, prévu cet été, devrait aboutir à la création «d’une poignée de nouveaux postes au Luxembourg», puisque le gestionnaire de fonds est établi au Grand-Duché depuis 2005, dans un bâtiment situé boulevard Prince Henri. La nouvelle organisation, avec un rapport de l’ensemble des activités européennes au siège luxembourgeois, devrait avoir lieu «d’ici la fin de l’année». À en croire une étude EY, citée par le Financial Times, la moitié des 55 gérants d’actifs et gérants de fortune qui supervisent quelque 25 milliards d’euros interrogés travaillent actuellement ou réfléchissent à une réorganisation de leur activité afin de «se prémunir des effets du Brexit».

Cette même enquête indique que 41% des gérants de fortune prévoient de s’implanter au Luxembourg, 37% faisant le choix de Dublin. Soit les deux principaux centres de gestion de fonds en Europe.