ENTREPRISES & STRATÉGIES — Services & Conseils

Mobilité

SwopCar: l’autopartage simplifié



SwopCar entend faciliter le carsharing en entreprise. (Photo: LeasePlan)

SwopCar entend faciliter le carsharing en entreprise. (Photo: LeasePlan)

Avec SwopCar, LeasePlan Luxembourg veut simplifier au maximum la gestion carsharing d’entreprise. Le principe repose sur une plateforme accessible via un smartphone ou le web.

Après 3 ans de tests et 350.000 kilomètres parcourus, LeasePlan a lancé au Luxembourg un nouveau service d’autopartage dénommé SwopCar.

Face à des besoins de mobilité qui évoluent, LeasePlan dit avoir souhaité y répondre en développant une solution technologique «simple et intuitive» interne à l’entreprise, dans laquelle les collaborateurs se partagent un ou plusieurs véhicule(s).

Cette solution s’ajoute à l’ensemble des services de leasing déjà compris dans un contrat et peut être installée sur l’ensemble des véhicules existants, thermiques ou électriques.

En pratique, SwopCar consiste en une plateforme accessible via un ordinateur ou un smartphone sur laquelle les collaborateurs peuvent vérifier la disponibilité d’un véhicule, le réserver et planifier un déplacement.

  

Ils accèdent au véhicule via cette même plateforme et leur smartphone, qui devient la clé virtuelle de la voiture.

Soulagement administratif

«SwopCar permet d’automatiser et de simplifier au maximum le process de la gestion d’une flotte de véhicules ‘pool cars’», résume Arnaud Soetermans, innovation leader chez LeasePlan Luxembourg, mettant en exergue le «soulagement administratif» que cette solution représente.

La plateforme a un coût unique de mise en place de quelque 800 euros, frais auxquels s’ajoutent des mensualités par véhicule – selon leur nombre et la durée des contrats – d’une moyenne de 75 euros.

«Et d’autres contrats sont en passe d’être signés», dit encore Arnaud Soetermans, qui fait part d'un nombre croissant de demandes d’autres clients de LeasePlan Luxembourg.

Différents services peuvent compléter cette offre qui concerne aujourd’hui au Luxembourg une trentaine de véhicules pour trois clients, dont PwC qui avait participé à la phase test.