COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Communication

Dans le Land

Supplément Placements



land_4816_-_copie.png

Cette semaine, le Land s'intéresse aux placements dans son supplément. (Photo: d'Lëtzebuerger Land)

Dans sa nouvelle édition, à paraître vendredi dans les kiosques, le Lëtzebuerger Land consacre un dossier aux placements.

Dans son supplément «Placements», le Lëtzebuerger Land fait une radiographie du patrimoine des ménages au Luxembourg. Le lecteur y trouvera des articles sur les rentiers et les héritiers ainsi que sur l’immobilier comme vecteur de redistribution de la rente offshore. D’autres articles se penchent sur les conséquences de l’élection de Donald Trump à la Maison Blanche et l’investissement «algorithmé», les droits de succession et la reproduction des grandes fortunes, les placements éthiques et les «investissements passion».

Abus de pouvoir

Après une semaine plus que tumultueuse, RTL Télé Lëtzebuerg essaie désormais de limiter les dégâts. Ni Alain Berwick, membre du comité de direction de la CLT-Ufa et à ce titre responsable des programmes luxembourgeois, ni aucun membre de la délégation du personnel ne veut plus prendre officiellement position ou commenter l’affaire «Lunghi-Schram», qui, en un mois, est aussi devenue une «affaire Bettel» et une «affaire Berwick». L’image de RTL a été assez éreintée dans cette histoire, il faut donc désormais essayer de régler les affaires internes… en interne. Jusqu’ici, pourtant, les moindres détails des pressions, velléités et prises de décision ont été publiées dans les médias concurrents, Luxemburger Wort, Tageblatt, Paperjam ou Feierkrop – et RTL n’a pu que suivre, essayant de reprendre la main d’un débat qui, désormais, est devenu national. Un débat qui équivaut à la première grande mise en cause de RTL et de son pouvoir monopolistique depuis des années. Et le tout pour une affaire qui semble surtout la conséquence d’un abus de pouvoir. 

Cherche président de banque

Après le retrait d'Henri Grethen de la course au mandat de président de la BCEE, banque significative au sein de la zone euro et à Luxembourg, deux choses sont claires: des postes pareils ne s’offrent plus en cadeau ou en récompense aux amis politiques depuis que le Banque centrale européenne supervise les banques européennes. Et comme les exigences de la BCE envers les candidats aux postes-clés des banques importantes sont très élevés, les jetons à la BCEE plutôt modestes et que le marché luxembourgeois de banquiers de haut niveau retraités est petit, les membres libéraux du gouvernement qui cherchaient depuis le début de l’année un successeur à Vic Rod ne voient plus urgence à le remplacer avant la fin de son mandat en 2019.