POLITIQUE & INSTITUTIONS
POLITIQUE

Start-up

Supermiro, pour bousculer les week-ends



supermiro.jpeg

Trois canaux pour Supermiro (Photo: Supermiro)

Fondé par deux jeunes entrepreneurs, Supermiro.com entend être une mine de bonnes adresses et plans sorties, que l’on soit une mère de famille, un fan de concerts ou un amateur de vide-dressings. Géolocalisé, l’outil permet une sélection d’activités à deux pas de chez soi, en ville ou à la campagne. Lancé il y a un mois, le portail gratuit se veut ludique, interactif, coloré, et surtout addictif.

Disponible en balade depuis son smartphone, au bureau ou à la maison sur son ordinateur ou sa tablette, la plateforme Supermiro a pour ambition de rassembler et mettre en valeur toutes les activités sympas proposées au Luxembourg. Plus qu’un agenda en ligne, c’est une communauté vivante qu’Elfy Pins espère créer. Pour cela, elle doit démonter quelques clichés sur la vie culturelle et nocturne de la ville. «Il y a toujours l’idée que les frontaliers ne restent pas au Luxembourg parce qu’il n’y a rien à faire, c’est bien sûr, complètement faux», introduit la jeune entrepreneuse, également auteur de tous les dessins présents en ligne.  

Restaurants, bars, musées, centres culturels ou magasins sont chaleureusement invités à partager leurs événements ou calendriers gratuitement. En quelques clics dans l’onglet «dépose-mirettes», il suffit de remplir quatre cases: quand, où, quoi, qui. En moyenne, l’utilisateur en quête d’expos, de brunchs ou d’activités avec les enfants se voit proposer tous les jours entre 15 et 20 propositions.

La sélection cible par défaut les 25 km à la ronde et s’étend sur un laps de temps de 30 jours. Les enseignes peuvent aussi choisir une option payante leur permettant une mise en avant différente, ainsi qu’une vignette publicitaire intercalée. Depuis janvier, Supermiro, son esthétique harmonieuse et son ton décalé ont déjà récolté plusieurs milliers d'utilisations. Hommes, femmes, familles, jeunes ou 55+, chacun doit pouvoir y trouver son compte. «Nous ne voulions pas cibler de niche, même si on pensait plus toucher les 25-45. Notre cible s’avère bien plus étendue. Tout le monde peut y trouver des informations susceptibles de lui plaire.»

Tous des miros

Arrivée au Grand-Duché en 2012 après plusieurs années entre New York, Paris ou Milan, Elfy Pins a l’impression qu’il ne s’y passe pas grand-chose ou qu’elle apprend toujours trop tard les events intéressants. Et la fondatrice de partager: «Je découvrais souvent les chouettes activités le lundi matin suite aux week-ends de mes collègues. Si plusieurs sites avaient déjà une rubrique events ou un agenda culturel, aucun ne rassemblait toute l’offre au Luxembourg. Cela a été le point de départ de Supermiro.»

Directrice artistique dans le secteur de l’immobilier après plusieurs expériences comme graphiste et webdesigner, elle garde l’idée dans un coin de sa mémoire. «Nous sommes partis de l’idée qu’on est tous miros. Il se passe beaucoup de choses sous nos yeux, sans qu’on en ait forcément conscience. Nous nous positionnons comme une «one stop destination. Quand on sait ce qu’on cherche, on va sur Google, quand on ne sait pas, ce sera sur Supermiro. C'est du moins ce qu'on espère!»

Avant de se lancer, les deux fondateurs ont rassemblé une masse d’annonces pour que le site soit vivant dès son lancement. L’idée est de mélanger vie de quartier et vie culturelle. «Un des risques de ce genre de plateforme est qu'elle ne soit qu’une coquille vide, ce qui n’a heureusement pas été le cas. Depuis le début, nous avons mis la main à la pâte pour alimenter le site. C’est aussi la raison pour laquelle nous avons choisi de d’abord nous concentrer sur une zone géographique bien définie. Notre originalité est de relayer la vie des commerces et des associations, peu représentés ailleurs. Le site n'a pas vocation à être exhaustif, mais propose des événements accessibles et en ligne avec nos valeurs.»

Effet boule de neige

Si la communauté des miros a déjà une page Facebook, elle mise sur le bouche à oreille pour se faire connaître. «L’absence de gros budget publicitaire rend créatif et innovant!» La priorité du moment: continuer à répandre la bonne parole autour de Supermiro. Si les annonces sont disponibles en français et en anglais, la plateforme actuelle est exclusivement rédigée en français. Conçue avec l’aide de développeurs free-lance, une version anglaise est en cours de création. «Nous avons d’abord souhaité nous limiter aux langues que nous maîtrisions en interne, pour ne pas devoir trier des offres qu’on ne comprenait pas. Notre première embauche sera certainement un profil luxembourgeois.»

Si la monétisation vient de démarrer, des nouveautés sont d’ores et déjà à l’étude. Au rang des nouveautés, un système de notifications individualisé devrait voir le jour dans les mois à venir. Les fonctionnalités seront ainsi affinées au fil du temps en fonction des retours des utilisateurs. «Nous avons plein de projets de développement pour les années à venir. Par définition, un site est toujours perfectible. Notre premier mois a été très encourageant! Nous allons continuer à améliorer l’outil pour fidéliser nos visiteurs et créer une vraie communauté, achève Elfy Pins. Notre priorité est qu’il soit utilisé, validé, testé… Nous voulons que Supermiro devienne un réflexe quotidien et que tout Luxembourg entende parler de Supermiro! Le but du jeu est de parvenir à avoir à la fois beaucoup d’utilisateurs et beaucoup d’offres.»