COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Communication

Street marketing: fausse alerte mais vraie pagaille!

Street marketing: fausse alerte mais vraie pagaille!



Paperjam

Quand l'inventivité d'une agence de publicité provoque des conséquences qui dépassent probablement les attentes initiales? Mardi, vers 16h45, en pleine heure de pointe, le signalement, par un passant, d'un «colis suspect» au centre-ville, a provoqué une belle pagaille. Du jamais vu dans la capitale!

Une longue caisse en bois sous un abribus avenue Émile Reuter, à deux pas de quelques administrations, ministères et, accessoirement, de l'ambassade d'Allemagne: il n'en a pas fallu plus pour que la police déploie de gros moyens. Un périmètre de sécurité de quelque 200 mètres autour de la présumée "machine infernale" a été déployé, les rues avoisinantes ont été bloquées tout comme les sorties de parking souterrain... Des centaines d'automobilistes en ont rongé leur frein à main...

Avec d'infinies précautions, l'unité spéciale de la police luxembourgeoise a passé le colis au peigne fin. Vers 17h 30, il fut cependant établi que le paquet ne contenait rien de dangereux. Fausse alerte...

Le fin mot? Un coup de pub! Du street marketing: une première du genre à Luxembourg, selon l'agence Push the Brand, à l'origine de cette campagne, menée pour le compte d'un un gros client de la Place financière.

La pub en question fonctionne sur le mode du teasing, technique courante qui consiste à attirer l'attention par un premier message, mystérieux, incomplet mais complété, plus tard, par l'explication délivrant la marque, le produit, le message final.

Excuses publiques et procès-verbal

Ici, dans une cinquantaine de lieux publics en rue, des affiches montraient une jeune femme présentant une blessure au cou, la trace sanguinolente de la morsure d'un vampire et un slogan: "Préparez-vous!". Sous l'affiche, une caisse, ouverte, contenant le matériel du parfait petit chasseur des émules du conte Dracula: gousses d'ail, crucifix et chapelets! Inoffensif, certes, mais plus interactif que prévu: prise pour un possible colis piégé, la caisse a déclenché une réaction en chaîne, causant la pagaille que l'on sait. Pour le coup, les mystérieux vampires annoncés se seraient régalés à la vue de ces artères (du centre-ville) engorgées!

Surprise par l'ampleur des réactions et par l'efficacité, sans doute inespérée, de sa campagne, l'agence a fait son mea culpa public, s'excusant pour les désagréments causés (lire ICI). La police et le parquet ont, eux, entamé l'action par un solide procès-verbal. Les suites accordées ou non restent à déterminer.

Reste à savoir si les suites de cette campagne de pub apaiseront les esprits. Les caisses "suspectes" ont été enlevées partout, mais l'affiche intrigante reste. Préparez-vous... Luxembourg n'était pas prête, mais elle est à présent prévenue! C'est en début de semaine prochaine que l'on saura qui se cache derrière cette publicité finalement plus mordante qu'explosive.