COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Communication

Parution

«Soyez fiers de l’Université!»



land_1215_-_copie.png

La nouvelle édition de l’hebdomadaire politique, économique et culturel Lëtzebuerger Land est en kiosque dès vendredi. (Photo: Land)

Dans le Lëtzebuerger Land cette semaine, une interview exclusive de Rainer Klump, le nouveau recteur de l’Université du Luxembourg, mais aussi les répercussions de la hausse de la TVA sur l’horesca et le texte de la nouvelle Constitution qui sera soumis au vote en 2017.

Dans un entretien exclusif accordé au Land, Rainer Klump, le nouveau recteur de l’Université du Luxembourg, dresse un bilan remarquable de l’évolution de la jeune université – évolution qui, à ses yeux, n’est pas encore suffisamment comprise par le grand public. C’est pour cela que le recteur veut mettre le volet «communication» sur l’agenda d’un processus de révision de la stratégie de l’Université dans le cadre duquel seront définis les objectifs pour les 10 prochaines années. En fonction depuis 10 semaines, le professeur Klump a eu des pourparlers avec le gouvernement – «on nous a communiqué que la possibilité d’augmenter nos budgets existe» –, les instituts de recherche publics – «on va coordonner nos stratégies» – mais également avec «des gens et des institutions intéressés dans l’Université» pour leur expliquer, entre autres, dans quels domaines Uni.lu réclame une «autonomie de recherche».

Le produit et le territoire

Le marché des bistrots est construit en pyramide: les propriétaires des maisons louent aux brasseries, qui sous-louent aux bistrotiers, qui sous-sous-louent aux travailleurs, souvent immigrés. Et, au passage, (presque) chacun engrange sa marge. Depuis la hausse de la TVA sur les boissons (de 3 à 17%) en début d’année, les acteurs de l’horesca agitent le spectre d’une chute brutale du chiffre d’affaires des bistrots. Un climat morose qui rend les brasseries de moins en moins enthousiastes à l’idée d’investir dans le secteur. Les brasseries paient aujourd’hui le prix de leurs propres rêves de grandeur. Tant que duraient les années de vaches grasses, leur stratégie expansionniste était gagnante; mais pour les temps difficiles qui s’annoncent, le nombre élevé de baux se transforme en boulet. Or, la sortie ne sera pas évidente. Car les brasseries commencent à avoir du mal à trouver des cafetiers à qui sous-louer, alors que leurs contrats avec les propriétaires continuent. En pleine contraction, le marché cherche un nouvel équilibre. Concessions, parcs immobiliers, protectionnismes – le Land donne les clés de lecture pour comprendre les liens qui unissent les brasseries et bistrotiers.

Le règne de la contrainte

La semaine dernière, la commission parlementaire des institutions et de la révision constitutionnelle a conclu sa proposition pour instaurer une nouvelle Constitution. Le texte devra être soumis au vote populaire lors des élections communales en 2017. Mais quelle est l’image de l’État et de la société que cette nouvelle Constitution reflétera? Les deux institutions qui subiront les mutations les plus profondes seront la monarchie et la justice. Le grand-duc finira en haut fonctionnaire, qui n’aura plus de prérogatives, mais des devoirs; la justice deviendra plus svelte, plus économe, plus rapide et plus indépendante de la politique et donc de la démocratie. La nouvelle Constitution se pliera aux contraintes d’un État libéral et d’une nation livrée à la concurrence économique.

Land

La nouvelle édition de l’hebdomadaire politique, économique et culturel Lëtzebuerger Land est en kiosque dès vendredi.