COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Communication

Dans le Land

Soleil, mer, Netflix



capture_decran_2017-06-08_a_15.27.26.png

Une des conséquences du roaming sera la pollution des réseaux sociaux. (Photo: Lëtzebuerger Land)

La nouvelle réglementation européenne sur le roaming entre en vigueur juste à temps pour les congés d’été. Explications dans le Land, à paraître ce vendredi.

Une des conséquences du roaming en sera la pollution des réseaux sociaux par photos du bord de la piscine, car le volume de data disponible à l’étranger augmente, et les premières expériences des opérateurs montrent que la demande suit l’offre au point de regarder les séries TV sur le portable à la plage. Alors que ces nouveaux modes de consommation sont gratuits pour les utilisateurs dans les limites des plans tarifaires choisis, les opérateurs doivent encore payer le roaming de leurs clients. En conséquence, les revenus stagnent et les frais augmentent. 

GHB – Briser le tabou

Les uns l’utilisent dans des doses minimales pour stimuler leur vie sexuelle, les autres, dans un moment sans surveillance avec une énergie criminelle, pour étourdir, puis agresser et violer: le GHB et le GBL. Qualifiée d’anesthésiant, la drogue a commencé à devenir populaire dans les années 2000 dans les clubs techno. Or, même une quantité minime, ou la prise avec de l’alcool, se traduit par une réelle action hypnotisante, le manque de souvenir au réveil, et dans le pire des cas, le coma. La combinaison des effets hypnotiques/désinhibants/aphrodisiaques et la difficulté de prouver cette substance dans le sang pour cause d’un temps d’efficacité très bref évoquent toute sa dangerosité et lui ont donné son nom de «drogue du viol». Dans les statistiques officielles, il n’y a pas de problème d’abus du GHB dans la vie nocturne luxembourgeoise. Mais pour les victimes abusées et traumatisées, chaque cas en est un de trop.

Xavier Bettel au pays du «cyberléninisme»

Mercredi prochain, le Premier ministre Xavier Bettel (DP) dînera à Pékin avec des représentants du secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC) chinois. Plutôt que vers la côte Ouest américaine, c’est en direction de la côte est chinoise que la place financière luxembourgeoise commence à regarder pour voir de quoi l’avenir des fintech (en Chine, on parle d’«Internet Finance») sera fait. Ainsi, le consulat général du Luxembourg à Shanghai vient d’intégrer le big data chinois dans sa procédure d’attribution des visas. Une manière de draguer le géant de l’e-commerce Alibaba qui, malgré ses promesses, a préféré Londres au Luxembourg.