PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

Expansion fintech depuis Luxembourg

Six banques africaines dans le giron de MyBucks



Plus de 94% des personnes qui empruntent auprès d'Opportunity International sont des femmes qui n'ont pas accès à des services financiers en raison des inégalités juridiques et culturelles entre les hommes et les femmes dans la plupart des pays en voie de développement. (Photo: Opportunity International)

Plus de 94% des personnes qui empruntent auprès d'Opportunity International sont des femmes qui n'ont pas accès à des services financiers en raison des inégalités juridiques et culturelles entre les hommes et les femmes dans la plupart des pays en voie de développement. (Photo: Opportunity International)

La société de fintech basée au Luxembourg s'allie à Opportunity, Inc., une ONG de microfinance, qui lui cède six banques desservant l'Afrique subsaharienne.

Alors que la tendance actuelle est plutôt au rachat de sociétés fintech par les banques, MyBucks emprunte le chemin inverse. La société luxembourgeoise vient de signer une convention d'achat d'actions avec Opportunity, Inc., une ONG américaine de microfinance créée en 1971, dans le cadre de la prise de contrôle de six banques couvrant l'Afrique subsaharienne.

Cette dernière entrera au capital de MyBucks comme actionnaire minoritaire et conservera au moins un siège au conseil d'administration dans la société mère et un siège dans chaque banque, selon les termes de l'accord.

«Ce partenariat renforcera considérablement nos travaux qui contribueront à sortir un plus grand nombre de personnes de la pauvreté, à transformer leur vie et à consolider leur famille et leur communauté», indique Vicki Escarra, PDG d'Opportunity International. «MyBucks stimulera notre mission en ajoutant d'importants capitaux, des ressources et un savoir-faire pour contribuer à favoriser l'inclusion financière des clients non bancarisés et sous-bancarisés partout en Afrique. Elle nous aidera à réaliser notre objectif qui est de créer et de maintenir 20 millions d'emplois d'ici à 2020, ce qui impactera 100 millions de vies partout dans le monde.»

Il faut dire que MyBucks apporte une solide expérience, puisqu'elle est présente dans huit pays africains: l'Afrique du Sud, le Botswana, le Kenya, le Malawi, la Namibie, le Swaziland, la Zambie et le Zimbabwe - et deux pays européens, l'Espagne et la Pologne. Face à elle, une ONG active dans la banque en Afrique depuis 2007 - elle a déjà touché plus de 39 millions de personnes via des prêts, des dépôts ou des assurances.

Le meilleur des deux mondes

Dave van Niekerk

«MyBucks apporte un certain nombre d'avantages aux banques, comme notamment l'intégration de la technologie de pointe pour les services bancaires numériques et mobiles afin de servir les clients même dans les régions les plus reculées d'Afrique», ajoute Vicki Escarra.

«MyBucks augmentera également le nombre d'entrepreneurs PME et de micro-entrepreneurs desservis. Souvent, il s'agit de petites entreprises qui nécessitent des moyens financiers mais qui ont été rejetées par les banques traditionnelles. MyBucks fait appel à un processus complet d'analyse de crédit qui permet de placer efficacement et rapidement des ressources critiques entre les mains de nos clients.»

Pour Dave van Niekerk, PDG de MyBucks, «il s'agit d'un partenariat innovant entre une organisation non gouvernementale internationale et une société fintech de premier plan en Afrique. [Il] offre le meilleur des deux mondes en alliant les produits, le savoir-faire du crédit et la technologie de MyBucks au réseau, à la clientèle et au savoir-faire d'Opportunity International en ayant recours à des services financiers pour créer et développer des entreprises qui rompent le cycle de la pauvreté.»

MyBucks prévoit de «recapitaliser toutes les banques en vue d'accélérer la croissance et de les aider à faire appel aux marchés financiers pour se financer et mobiliser des capitaux».