COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Communication

Presse

Répu : un oeil permanent au Luxembourg



Un journaliste en poste permanent alimente différents titres. (Photo : Olivier Minaire / archives)

Un journaliste en poste permanent alimente différents titres. (Photo : Olivier Minaire / archives)

Le Crédit Mutuel, propriétaire du Républicain Lorrain et d’autres titres du Grand Est français, poursuit sa stratégie de réorganisation éditoriale. L’heure est aux déploiements de rédactions transversales. Un reporter en poste permanent au Luxembourg concrétise cette logique.

Le Républicain Lorrain de retour à Luxembourg. De manière durable mais mesurée. Depuis le temps des heures glorieuses de l’édition luxembourgeoise, le marché de la presse a changé. Pour le Républicain Lorrain aussi. L’édition locale fermée et Le Quotidien cofondé avec Editpress, le journal est passé en 2007 des mains des actionnaires historiques, les familles Puhl et Petitdemange, à celles du Crédit Mutuel.

Un développement par pôles éditoriaux

Le quotidien fait désormais partie d’un ensemble de 9 titres contrôlés par le groupe bancaire (l’Est Républicain, Vosges-Matin, les Dernières Nouvelles d’Alsace, l’Alsace, le Bien Public, le Journal de Saône-et-Loire, le Dauphiné Libéré et le Progrès). Un propriétaire qui semble rationaliser progressivement ses moyens. La fermeture de l’agence nancéenne du Républicain Lorrain, effective au 1er septembre dernier, est à placer dans ce contexte. L’époque est aussi à la mutualisation des effectifs. Les rédactions sont ainsi de plus en plus amenées à devenir transversales, soit à rédiger pour l’ensemble des titres. Un des exemples étant la création d’un pool de 15 journalistes à Paris.

En permanence au Luxembourg, avec vue sur la Grande Région

C’est dans cette même optique qu’un reporter, Christian Knoepffler, a été dépêché en permanence à Luxembourg, rue Aldringen. Le journaliste, membre de la rédaction du journal depuis les années 80, est également chargé de suivre l’actualité de la Grande Région. Des matières qu’il connaît bien.         

« A mon arrivée en 1982 j’ai tout d’abord occupé un poste de secrétaire de rédaction en charge de la composition des pages rédigées par mes collègues de l’édition luxembourgeoise », se souvient-il. Entre temps, les questions grand-ducales et transfrontalières ont continué de l’intéresser, notamment au fil d’une page publiée le dimanche dans l’édition thionvilloise. « Ce changement professionnel m’amènera à couvrir l’actualité économique, politique et culturelle du pays pour les différents titres de notre association de journaux », ajoute Christian Knoepffler.

Un choix -  prudent - pour le Crédit Mutuel de marquer son intérêt pour « la chose » grand-ducale, en supplément du contenu échangé avec Le Quotidien. Un signal envers la frange de son lectorat composée par les frontaliers.