POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Réponse Broadcasting Center Europe



Paperjam

URL: http://www.bce.lu Chiffre d'affaires: 40 millions d'euros (tout BCE) Effectif: 220 Directeur général: Luc Wagner Date de création: 01/01/2000 Types de services prestés: - VSAT: liaisons par satellites de point à multipoint et de point à point - BCE Link: liaisons par faisceaux hertziens de point à point - Transmissions - Co-location Center (en collaboration avec Intelligent eTrading Center ) Montant des investissements 99, 2000 et 2001 sur le territoire luxembourgeois: Plus de 300 millions LUF en 2000 (dont un tiers dans le domaine des télécoms).

1 - À terme, certains prédisent qu'une activité se limitant à des télécommunications "pures" ne suffira pas pour garantir la survie d'une entreprise. Etes-vous d'accord avec cette affirmation' Oui, non, pourquoi?

Chez BCE nous partageons cet avis, même si pour nous la situation est différente: nos activités télécommunication se sont développées à partir de nos services de diffusion télévision et de transmissions. Nous considérons donc les télécoms comme un outil important qui nous permet de faire évoluer nos autres services tels la diffusion (de la télévision/radio ou streaming) ou encore le media content management. Nous nous appliquons à aller au-delà du transport pur pour offrir des solutions dans les domaines du content management et du streaming ainsi que des services de housing/hosting au sein de notre co-location center.

2 - Pensez-vous que les autorités de régulation au Luxembourg assurent de manière satisfaisante? Ont-elles suffisamment de moyens? Oui, non, pourquoi?

Nous déplorons que l'ILR n'ait pas un réel pouvoir de décision et que son influence se limite à faire des propositions au Ministère des Communications. Entre-temps, l'EPT continue d'abuser de sa position dominante, avec le soutien du Gouvernement! Dans ces conditions, la libéralisation du marché des télécoms au Luxembourg est en train de virer à la farce.

3 - Quelles sont vos principales cibles (particuliers, PME, entreprises internationales...)? Comment pensez-vous réussir à vous démarquer de vos concurrents?

Nous sommes clairement une société active dans le domaine du B2B; nos cibles sont donc les PME, banques et sociétés internationales. Nous nous démarquons de nos concurrents par notre positionnement comme porteur de solutions, avec le souci permanent de trouver la solution la plus adaptée pour le client en fonction de ses besoins spécifiques. A cette fin, nous nous sommes associés à la société MindForest spécialisée dans le conseil Internet/Intranet, élargissant encore davantage notre portefeuille de compétences au-delà des services de télécommunication purs.

4 - Haut-Débit, nouvelles manières d'accéder au réseau_ La concurrence est accrue via la multiplication des technologies. Lesquelles sont, selon vous, les plus porteuses de potentialités? Et les plus incertaines? Pourquoi?

Les liaisons DSL sont certainement vouées à un avenir prometteur à condition que ces services puissent se déployer. Pour cela, il faut que la concurrence puisse réellement se développer à travers le «unbundling», ce qui nécessite aussi une volonté politique.

5 - Comment analysez-vous le marché luxembourgeois des télécommunications? Quelles sont ses caractéristiques par rapport aux autres marchés européens? Sur quel(s) point(s) peut-il encore se développer?

Le marché luxembourgeois est un marché de petite taille, dominé par un opérateur historique. On se demande quel est le potentiel de développement de nouveaux entrants face à une telle position dominante. Or, un manque de concurrence mènera à long terme à un manque d'innovation ce qui pénalisera le Luxembourg par rapport à d'autres sites.

6 - La notion de pays en terme de télécommunications a-t-elle encore un sens? Ne faudrait-il pas penser à un niveau "régional', voire européen'

Evidemment il faut penser à un niveau régional aujourd'hui! Comme les autoroutes ou les chemins de fer, les télécoms font partie d'une infrastructure qui ne se préoccupe pas des frontières. Le fait de devoir détenir une licence dans chaque pays pour franchir les frontières constitue un frein au développement des régions en tant que pôles économiques.

7 - Avec du retard par rapport à d'autres pays de l'Union Européenne, le Luxembourg s'engage dans la voie de l'UMTS et de la mobilité de 3e génération. Quel est le marché potentiel pour le pays? Quels dangers le législateur et le régulateur doivent-ils éviter? Pourquoi?

Au vu de la petite taille du marché luxembourgeois, il faut absolument que le gouvernement pousse à la mise en place d'un réseau unique opéré par un prestataire technique; la concurrence entre opérateurs détenteurs de licences pourra alors se faire sur les services au profit des consommateurs.