PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

Résultat semestriel

Raiffeisen suit sa route



Guy Hoffmann (Raffeisen): « Le projet de coopération pour les CCP consomme beaucoup d’énergie.» (Photo: Luc Deflorenne / archives)

Guy Hoffmann (Raffeisen): « Le projet de coopération pour les CCP consomme beaucoup d’énergie.» (Photo: Luc Deflorenne / archives)

La banque de Leudelange affiche, pour le 1er semestre, une correcte performance dans un contexte économique toujours délicat sur le front des taux. Pendant ce temps-là, les discussions avec Post Group continuent pour le volet CCP.

«Une bonne performance»: une seule phrase, ou presque, pourrait résumer le sentiment de Guy Hoffmann, le président du comité de direction de Raiffeisen, à l’heure de présenter, ce mardi, les résultats semestriels de sa banque.

La banque qui, depuis un peu plus d’un an désormais, est établie à Leudelange, poursuit son petit bonhomme de chemin, guidée par une stratégie très conservatrice qui la caractérise et l’a mise à l’abri de quelques «accidents» de parcours.

«Compte tenu du niveau de taux très bas, nous ne pouvons générer de croissance que par les volumes ou par une prise de risque supplémentaire. Or, ce dernier cas n’est pas du tout dans notre philosophie», a tenu à rappeler M. Hoffmann.

Volumes en hausse

De fait, la progression mesurée au 30 juin dernier, comparé au 30 juin 2013, reste modeste, mais bel et bien réelle. Ainsi les avoirs sous gestion ont-ils augmenté de 0,9%, alors que les prêts et crédits ont enregistré une performance de +4,1%. «La clientèle non résidente est en léger recul, compte tenu des nouvelles dispositions en matière d’échange automatique d’informations. Mais nous avons compensé ce repli auprès de la clientèle résidente», savoure M. Hoffmann.

Pour les seuls six premiers mois de l’année, les prêts et crédits accordés à l’économie nationale ont connu une augmentation de 1,7% et atteignent les 4,89 milliards d’euros.

Raiffeisen revendique par ailleurs une progression du résultat sur intérêts de 2,2% et une hausse des commissions de 2,5%, «grâce à un volume croissant de transactions».

De quoi entrevoir l’avenir immédiat de manière relativement sereine et confiante, «sous réserve d’événements imprévisibles».

CCP: ça discute

L’avenir immédiat, ou tout du moins à moyen terme, pourrait s’écrire aussi avec trois lettres qui reviennent de plus en plus souvent: CCP, comme Comptes chèques postaux.

Depuis le mois de juillet dernier, on sait que Post Group a choisi de discuter avec Raiffeisen des possibilités de rapprochement entre services financiers, autour du produit CCP cher à l’opérateur historique. Les travaux ont commencé, mais le processus n’en est, de fait, qu’au tout début. «Il s’agit d’un travail de très longue haleine», confirme Guy Hoffmann. «C’est un projet de coopération qui consomme beaucoup d’énergie. Nous voulons vraiment développer les meilleures idées, pour une satisfaction maximale des clients. Si cela doit prendre un peu plus de temps, eh bien nous le prendrons.»   

Et de prévoir, «à la louche», que le projet soit bouclé d’ici six à huit mois, dans une configuration qui reste encore à peaufiner. En tout état de cause, rien ne presse vraiment, vu du côté de Raiffeisen, qui n’a pas fait le premier pas dans ce dossier, mais qui se retrouve au devant d’un potentiel d'opportunités non négligeables.