POLITIQUE & INSTITUTIONS — Justice

Crash de la Luxair

Plus rien ne s’oppose aux indemnisations



actu_proce_sluxair_jb-2.jpg

Les familles des victimes pourront être enfin indemnisées pour préjudice matériel et moral, 13 ans après la tragédie de la Luxair. (Photo: Julien Becker / archives )

La Cour de cassation a rejeté ce jeudi matin le pourvoi de l’ancien pilote et de l’ex-directeur technique de Luxair ainsi que de deux autres condamnés dans le crash de 2002. Ils contestaient les indemnisations des familles des victimes.

La Cour de cassation a levé, ce jeudi matin, les derniers obstacles à l’indemnisation des familles des victimes du crash du Fokker de la Luxair le 6 novembre 2002, qui avait fait 20 morts.

Les juges ont rejeté le pourvoi introduit début 2014 par l’ancien pilote Claude Poeckes, l’ex-directeur technique de la compagnie Marc Galowich, ainsi que deux autres employés de Luxair, qui mettaient en cause un arrêt du 21 janvier 2014 de la Cour d’appel ayant octroyé un montant global de 400.000 euros aux familles des victimes de la catastrophe aérienne pour préjudice matériel et moral.

Ce montant avait été accordé au père de l’artiste luxembourgeois Michel Majerus (130.500 euros) et à quatre familles de victimes (entre 11.500 et 46.000 euros), alors qu’ils réclamaient un million d’euros d’indemnisation.

Les quatre hommes à l’origine du recours en cassation avaient été condamnés à des peines de prison avec sursis: 3 ans et demi pour Claude Poeckes, le pilote qui avait survécu au crash, 18 mois avec sursis pour Marc Galowich et 24 mois avec sursis pour les deux mécaniciens.