POLITIQUE & INSTITUTIONS

Premier Medienpräis d’Amnesty

Plus de visibilité pour les droits de l’Homme



full-image.jpeg

À l'initiative du mouvement citoyen I am not a refugee, Frédérique Buck a aussi récemment lancé le projet Oppent Haus - Open Home pour mettre en contact réfugiés et propriétaires. (Photo: Mike Zenari)

Avec son premier «Prix des médias», Amnesty International veut récompenser l’apport positif de différents médias luxembourgeois à la défense des droits humains. C’est un article de Frédéric Braun pour le Quotidien qui a remporté la mise parmi 30 dossiers. La campagne humaniste «Im am not a refugee» figure parmi les finalistes.

C’est la première année qu’Amnesty International Luxembourg organise son concours «Medienpräis» pour souligner le rôle actif de certains médias dans la lutte contre les discriminations et l’injustice. Remis ce jeudi 15 décembre au Cercle Cité, le prix a été attribué à l’article «Le mystérieux suicide du pédé sans vie» du journaliste Frédéric Braun pour le Quotidien consacré au suicide de Sergueï Vladimirov, un réfugié russe, en mars 2015. 

Avoir une presse engagée est plus que nécessaire pour influencer l’opinion publique.

Frédérique Buck, finaliste du Prix des médias

«Dans le contexte actuel, avoir une presse engagée est plus que nécessaire pour influencer positivement l’opinion publique. Son rôle en matière d’intégration est énorme», affirme Frédérique Buck, créatrice de la campagne I am not a refugee, également mise en lumière lors de la soirée. Ce projet est co-financé par l'Œuvre nationale de secours Grande-Duchesse Charlotte dans le cadre de l'initiative Mateneen. 

C’est une visibilité supplémentaire sur notre travail.

Frédérique Buck, créatrice d'Im am not a refugee

Ouverte à tout média, la compétition a salué la plateforme d’expression en anglais «Asylum seekers reporting on asylum in Luxembourg»  du Wort en ligne. Démarrée en octobre 2015, elle a publié des contributions mensuelles sur le quotidien des déplacés écrites par les journalistes Hind Al-Harby et Ennas al Sharifi, puis illustrées par le photographe Ali Sahib, tous deux réfugiés irakiens au Luxembourg. La troisième initiative mise en avant était l’article de Laurence Bervard sur les sans-abri, également paru dans le Wort.

«C’est une belle reconnaissance de ce qu’on fait. C’est une visibilité supplémentaire sur notre travail», termine Frédérique Buck, qui prépare la publication d’un livre dédié aux portraits des réfugiés mis en valeur sur son portail. Il est attendu pour le début du mois de mars prochain et sera dévoilé lors du prochain Festival des migrations, des cultures et de la citoyenneté. La remise de prix est venue clôturer le 1er festival des droits humains d'Amnesty.