COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Communication

Parution

«Personne n’est prêt à aller en prison»



land_1615.png

La nouvelle édition de l’hebdomadaire politique, économique et culturel Lëtzebuerger Land est en kiosque dès vendredi. (Photo: Land)

Antoine Deltour a répondu aux questions du Land, dans un entretien exclusif qui paraît demain avec l’hebdomadaire. On y retrouve également les CSA, qui ne seront peut-être pas aussi accessibles aux frontaliers que prévu, et un sujet sur les Lorrains toujours plus nombreux au Luxembourg.

Qui est donc Antoine Deltour? Un banal «voleur» ou «l’Edward Swnowden français»? Dans un entretien exclusif au d’Lëtzebuerger Land, l’ancien auditeur chez PwC, à l’origine de LuxLeaks, revient sur ses motifs, sa démarche et les conséquences de LuxLeaks. «Je ne pense pas que LuxLeaks nuise tellement aux intérêts du Luxembourg», dit-il. «D’une part, la marche vers la transparence fiscale était bien initiée avant LuxLeaks. Le gouvernement Bettel avait quand même pris des initiatives, et je pense qu’il faut s’en réjouir. LuxLeaks contribue à accélérer ce mouvement. Cela contribue à une pérennisation de la place financière, parce que si elle continuait à s’enfermer dans des pratiques trop critiquées à l’étranger, il y aurait un moment où cela présenterait un risque de réputation.»

Joie prématurée

À partir de la rentrée 2016, les frontaliers pourront bénéficier des chèques-services accueil (CSA) pour faire garder leurs enfants au Luxembourg ou dans la Grande Région, a annoncé le ministre de l’Éducation, Claude Meisch (DP) en février, une nouvelle qui a fait forte impression de l’autre côté de la frontière. Pourtant, il semble prématuré de jubiler, car beaucoup de questions restent ouvertes et les critères pour l’accès sont encore très vagues, critique la Chambre des salariés dans un avis sur le projet de loi. Selon les amendements au projet de loi réglant le régime des CSA, la clause de résidence serait abolie. Mais les responsables semblent avoir trouvé une autre manière de s’assurer que seule une minorité des frontaliers puisse profiter de cette offre: les chèques-services ne seront plus offerts aux parents mais aux prestataires qui, pour recevoir les subsides étatiques, doivent mettre à disposition un encadrement qui prépare les enfants pour la scolarisation... au Luxembourg. Promotion linguistique incluse. La Chambre des salariés et les syndicats craignent une nouvelle discrimination indirecte des frontaliers.

Metropoly - la Grande Région vue de la Lorraine

«Vivre et travailler au pays», tel était le slogan des ouvriers de «Longwy la rouge» en 1979. Aujourd’hui, chaque matin, un actif Longovicien sur deux traverse la frontière pour gagner sa vie au Grand-Duché. En tout, ils seraient 82.556 frontaliers lorrains, d’après les derniers chiffres du Statec. Lorsque la monoculture du fer entra en crise (entraînant la chute du communisme syndical et du paternalisme patronal), la Lorraine se muta en symbole médiatique du déclin et de l’échec. Le merveilleux destin de la place financière luxembourgeoise a livré un défibrillateur aux vallées usinières. Cette force d’aspiration du Luxembourg risque-t-elle d’assécher la Lorraine? Le Land est parti à la rencontre des responsables politiques du département de la Moselle. Un panorama sur le vote FN, les «Hecke-Lëtzebuerger», le travail frontalier et les perspectives de développement économique.

Land

La nouvelle édition de l’hebdomadaire politique, économique et culturel Lëtzebuerger Land est en kiosque dès vendredi.