POLITIQUE & INSTITUTIONS

Nouvelles mesures d’économies (Ceci était un poisson d'avril!)

Péages autoroutiers pour frontaliers dès l’été



Le retour des frontières, avec portique façon péage. Les frontaliers seront-ils pris dans la nasse? (Photo: DR)

Le retour des frontières, avec portique façon péage. Les frontaliers seront-ils pris dans la nasse? (Photo: DR)

Le gouvernement songe à plusieurs pistes de rentrées supplémentaires. L’une d’entre elles proviendra de péages autoroutiers automatiques mis en place dès la fin du mois de juin, sorte de taxe à l’entrée sur le territoire. Note de la rédaction: beaucoup l'ont évidemment compris, beaucoup en ont souri... Ceci était la contribution de paperJam.lu à la tradition du poisson d'avril...

C’est l’une des mesures qui fait grand bruit dans les couloirs ministériels. Le gouvernement a décidé d’instaurer des péages autoroutiers dès la fin du mois de juin pour les travailleurs frontaliers.

Analysé dans le plus grand secret depuis plusieurs semaines, ce projet pourrait pourtant être révélé par le Premier ministre lors du discours sur l’état de la Nation. L’objectif du gouvernement est en effet de récupérer quelque 50 millions d’euros, qui seraient affectés au financement de travaux, de réfection et d’entretien des autoroutes, mais aussi de doublement de voies saturées ou de P+R.

L’idée de base, à l’instar de fameuses taxes de circulation sur les autoroutes belges ou des vignettes suisses, serait de pratiquer une logique du «qui roule paie». Or les véhicules des nombreux frontaliers empruntant tous les jours les autoroutes A6 et A31 côté belge et français sont à l’origine d’une part non négligeables de l’usure de l’asphalte.

En attendant de trouver des accords avec les communes frontalières pour mettre en place des P+R géants, desservis par des bus 100% électriques menant vers différents points de chute en ville, les autorités semblent avoir choisi une méthode plus radicale.

Le smartphone comme badge automatique

D’une somme forfaitaire de 16,80 euros par mois (l’équivalent de deux chèques repas classiques), le péage obligatoire ne devrait cependant pas générer de files aux postes frontières.

Les autorités luxembourgeoises se sont en effet vues proposer un système innovant créé par une société de Singapour. Son Premier ministre, récemment en visite au Luxembourg, avait amené le contrat…

En pratique, le téléchargement (gratuit) d’une application sur le site internet du ministère du Développement durable et des Infrastructures permettra aux smartphones des automobilistes de servir de badge automatique. Détecté et scanné par des portiques (comme ceux du télépéage), ce sésame ouvrira les frontières de Sterpenich et Zoufftgen (le poste frontière allemand est à l’étude). Problème, parmi d’autres: la démolition récente du poste français à Zoufftgen nécessiterait la pose d’un nouveau matériel plus léger cette fois. Le gouvernement français aurait proposé le don d’un portique dédié à l’écotaxe et récemment démonté en Alsace.

Un code-barres sur le casque

À noter que les détenteurs d’une moto pourront fixer un code-barres autocollant sur leur casque pour le passage aux postes frontières. Les détenteurs d’un véhicule hybride se verront quant à eux remettre une déduction de 50%.

En cours de finalisation, l’application ad hoc sera disponible début juin sur le site concerné.

Contactés dès ce matin par la rédaction de paperJam.lu, les responsables des syndicats et des différents groupements concernés (dont l’Automobile Club du Luxembourg) n’ont pas souhaité réagir avant de connaître les modalités du projet. Une nouvelle loi devrait être proposée sous peu à la Chambre. Ce paquet législatif appelle, entre autres, à une prochaine tripartite consacrée à la mobilité, au sens large.

Après l’annonce de radar automatique pour sanctionner les conducteurs trop rapides, ce projet marque une inflexion gouvernementale supplémentaire. Le laps de temps nécessaire à la mise en place laisse à chacun le temps de se réorganiser, pourquoi pas en optant pour le covoiturage et donc le partage de cette taxe.