POLITIQUE & INSTITUTIONS
POLITIQUE

Référendum

Parlement des jeunes: deux «oui» et un «non»



img_4958.jpg

Le Parlement des jeunes – à travers son nouvau bureau exécutif – estime qu'il faudrait introduire un cours obligatoire d'éducation civique à partir du lycée. (Photo: Parlement des jeunes)

S’il est favorable à l’extension du droit de vote aux plus jeunes et aux résidents étrangers, le Parlement des jeunes s’oppose par contre à la limitation dans le temps du mandat des ministres.

Le Parlement des jeunes, qui s’est doté il y a peu d’un nouveau bureau exécutif, vient de prendre position sur le référendum du 7 juin prochain, appelant à voter «oui» aux questions du droit de vote pour les résidents étrangers et à l’abaissement de ce même droit de vote de 18 à 16 ans, mais rejetant la proposition faite de limiter le nombre de mandats des ministres.

Cette limitation ne serait selon lui pas conforme à la liberté de choix – même s’il est indirect – des gouvernants par les citoyens «qui se verraient ainsi privés de la possibilité de récompenser les bons ministres» souligne le Parlement des jeunes qui dit également craindre qu’un choix plus limité d’élus ministrables ait pour conséquence un nombre accru de ministres non élus.

Sur ce sujet toujours, il met également en avant «la continuité gouvernementale pour représenter le Luxembourg au sein des instances européennes».

Rendre justice aux étrangers

En matière de droit de vote, il est favorable à celui à accorder aux étrangers «sous certaines conditions», notant qu’une population composée à 45% de résidents étrangers est «une richesse mais également un défi pour le Luxembourg et le bon fonctionnement de sa démocratie».

Pour le Parlement des jeunes, l’intégration par le biais d’une participation à la vie politique nationale doit être encouragée afin que la composition de la Chambre des députés reflète mieux celle de la population «et rende justice à l’apport des résidents non luxembourgeois au développement économique et culturel du pays».

Enfin, dans le cadre de l’abaissement du droit de vote à 16 ans, le Parlement des jeunes souhaite soutenir cette proposition pour autant que des réformes éducatives soient mises en œuvre afin de renforcer l’éducation politique des jeunes, suggérant qu’un cours obligatoire d’éducation civique soit introduit au lycée.