COMMUNAUTÉS & EXPERTISES
COMMUNICATION

Mike Koedinger

«Paperjam, c’est un écosystème unique en Europe»



mike_koedinger.jpg

Le fondateur et actuel CEO de Maison Moderne, Mike Koedinger, a présenté les nouveautés de la rentrée 2017 de Paperjam. (Photo: Maison Moderne)

Lors du Native Advertising Breakfast Show auquel Maison Moderne avait invité ce mercredi ses annonceurs, le fondateur et actuel CEO, Mike Koedinger, a présenté les nouveautés de la rentrée 2017 de Paperjam.

Monsieur Koedinger, pour ses 17 ans, Paperjam s’offre une nouvelle formule. À quoi s’attendre pour la rentrée?

«Un magazine complètement repensé. Il sera structuré en trois parties avec trois ambiances très différentes. La première partie sera consacrée à l’actualité et aux formats courts. Les infos seront divisées en quatre thèmes: ‘Entreprises’, ‘Place financière’, ‘Politique’ et ‘Économie’. Des rubriques inédites se rajouteront. On est dans l’ambiance d’un quotidien contemporain.

Au centre du magazine, il y aura les contributions ‘longs formats’: trois grandes conversations richement illustrées et avec des éléments journalistiques supplémentaires pour mieux expliquer le contexte aux lecteurs, puis un reportage visuel où on donnera carte blanche à un photographe. C’est l’ambiance d’un ‘beau livre’.

Finalement, à la fin du magazine, il y aura une partie autour des intérêts personnels des lecteurs, à savoir la gestion de son patrimoine, son développement personnel, des pages ‘Style’, ‘Gastronomie’, ‘Culture’ et ‘Architecture’. C’est dans l’ambiance lifestyle du magazine.

Cette nouvelle formule est le fruit d’un travail de longue haleine dirigé par Sven Ehmann, notre directeur éditorial ad interim, et Jeremy Leslie, notre directeur de création. Ils ont travaillé en étroite collaboration avec Thierry Raizer, le rédacteur en chef de Paperjam, et la rédaction, ainsi qu’avec Vinzenz Hölzl, le directeur artistique du studio graphique. Ils se sont d’abord intéressés aux attentes des lecteurs. Quand les lecteurs sont présents, cela intéresse aussi les annonceurs.

«L’attention du lecteur» était un de vos sujets lors de votre intervention au Ciné Utopia. Parlez-nous-en!

«Oui, mon message principal était ‘Print values attention, not only reach’. C’est une des conclusions d’une étude menée par Dr Neil Thurman de la City University of London pour mieux comprendre la consommation des médias par canal.

Les marketeurs aujourd’hui parlent souvent de ‘reach’, ‘quelle est l’audience que j’arrive à toucher par mon action de communication?’, alors que la vraie question devrait être: ‘Quelle est l’audience dont j’arrive à capter l’attention?’

C’est une des forces du print! Un contexte éditorial de qualité crée de l’attention chez le lecteur, il augmente le temps de lecture du magazine et aussi le taux de reprise en main. C’est donc un véritable multiplicateur des chances d’être vu pour un annonceur. Ce contexte qualitatif génère aussi un transfert d’image de la marque média vers la marque annonceur qui est très favorable à cette dernière. Bien évidemment, à condition que le magazine soit de qualité et dans l’intérêt de la cible.

Avec Paperjam, vous avez donc de l’attention et du ‘reach’, comme le magazine touche plus de 100.000 lecteurs uniques sur plusieurs numéros. C’est un taux de pénétration inégalé en Europe pour un magazine écofin.

Et du côté digital?

«Beaucoup de chantiers sont en cours! À la rentrée. Il y aura d’abord une nouvelle formule de notre biquotidien digital, notre newsletter. Sa structure a été clarifiée, elle reprend les quatre thèmes: ‘Entreprises’, ‘Place financière’, ‘Politique’ et ‘Économie’, puis, chaque jour à 16h, on ajoutera un focus sur différents métiers. Du lundi au vendredi, on retrouvera donc à tour de rôle, les ressources humaines, les finances & le légal, le marketing & la communication, les technologies & la transformation digitale, ainsi que le management & le leadership.

Nous sommes actuellement à plus de 31.000 abonnés à cette newsletter qui est devenue pour de nombreux lecteurs la première source d’infos écofin du Luxembourg.

Mais Paperjam est avant tout un écosystème unique en Europe avec la crédibilité du print et d’une marque média historique, la réactivité et la force du digital et du social, ainsi que l’influence du plus grand club d’affaires au Luxembourg. C’est la puissance de Paperjam!»