PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Fonds

Toujours plus haut

OPC: près de 25% gagnés sur un an



cssf_situation_opcjanvier.jpg

Les incertitudes politiques en Grèce n'ont pas eu d’influence notable sur les marchés d’actions européennes, indique la CSSF. (Photo: Luc Deflorenne /archives)

La Commission de surveillance du secteur financier a publié le bulletin mensuel de l’industrie luxembourgeoise des fonds d’investissement via les OPC et les FIS dont le patrimoine global net pointe à 3.277 milliards, une progression de 24,89% comparé à fin janvier 2014.

Au 31 janvier 2015, le patrimoine global net des organismes de placement collectif (OPC) et des fonds d’investissement spécialisés (FIS) s’élevait à 3.277,013 milliards d’euros contre 3.094,987 milliards au 31 décembre 2014, indique ce matin la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF).

Soit une augmentation de 5,88% sur un mois. Comparé à la même période l’an dernier, le volume des actifs nets est en augmentation de 24,89%.

Peu d’influence grecque

Le programme d’assouplissement de la Banque centrale européenne et la dépréciation de l’euro par rapport au dollar apparaissent comme des facteurs ayant influé sur les gains de cours enregistrés par les OPC à actions durant le mois de janvier.

«La catégorie d’OPC à actions européennes a dégagé des gains de cours en relation avec la décision de la Banque centrale européenne, les incertitudes politiques en Grèce n’ayant pas eu d’influence notable sur les marchés d’actions européennes», indique la CSSF.

Répercussions européennes sur les marchés

À noter que les mesures prises par la BCE, dont le rachat d’obligations d’État de la zone euro, ont aussi pesé sur l’activité des OPC à obligations en euros qui ont aussi réalisé une bonne performance. De même que les OPC à obligations en dollars.

Au niveau des pays émergents, les OPC à actions de l’Asie, de l’Europe de l’Est et de l’Amérique latine ont toutes réalisé des gains de cours.

En Asie, ce mouvement est le fruit des décisions de la BCE, des bonnes données macroéconomiques et du prix du baril de pétrole faible. La Bourse de Russie a pu limiter les difficultés. Quant aux OPC à actions d’Amérique latine, l’évolution négative des bourses de la région a été compensée par la forte appréciation des devises sud-américaines par rapport à l’euro.