COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Ressources humaines

Monde académique et marché de l’emploi

Objectif employabilité pour l’Uni



universite_luxembourg.jpg.crop_display.jpg

Loin de vouloir donner une image figée, l'Uni entend se positionner au plus près des entreprises. (Photo: DR)

L’Université lance une nouvelle mouture de son salon destiné à se faire rencontrer étudiants et entreprises, tout en développant un catalogue étoffé de formations continues. L’institution continue de se positionner au service de l’économie locale.

Quelques chiffres valent parfois mieux qu’un long discours. Et le taux d’employabilité des étudiants diplômés de l’Université du Luxembourg qui, 10 ans après sa création, sont passés par ses salles de cours, est plutôt éloquent.

Près de la moitié (47%) des étudiants (bachelor et master) de la promotion 2012/2013 ont en effet trouvé un emploi au sortir de leurs études, tant dans une PME locale qu’au sein d’un groupe étranger représenté au Grand-Duché. Il s’agit du principal résultat d’un sondage auquel ont répondu 520 alumni de l’Université et dont les conclusions ont été dévoilées ce mardi.

«Par rapport à d’autres universités, nous sommes dans une tendance positive», déclare Éric Tschirhart, vice-recteur académique de l’Université. «Nous voulons poursuivre notre mission académique en adéquation avec les besoins des entreprises. Nous dialoguons, d’ailleurs, régulièrement avec elles pour adapter si besoin nos programmes.»

L’Uni entend par son action créer de la valeur ajoutée pour l’économie luxembourgeoise en fournissant aux entreprises les étudiants bien formés dont elles ont besoin. Ce qui rejoint la politique du gouvernement d’orienter les activités académiques et les financements de la recherche vers des domaines pouvant, à terme, fournir un «retour sur investissement» à l’économie du pays.

Un «pass pour une carrière»

Encore faut-il que les quelque 6.000 étudiants qui fréquenteront l’Uni durant cette rentrée académique puissent aussi se distinguer dans le monde professionnel via ce qu’il est convenu d’appeler les ‘soft skills’. Le savoir-faire d’ingénieur, de juriste ou encore d’expert en biotechnologie ne suffit plus. S’exprimer en public, approfondir ses connaissances en langues étrangères ou tout simplement rédiger un CV font partie des atouts qui deviennent indispensables sur le marché du travail.

C’est la raison pour laquelle Campus Carrières, le service de l’Université dédié à la recherche d’emploi, a décidé de lancer le Pass Carrières. Ce certificat sera obtenu par les étudiants qui auront suivi au moins six formations continues parmi un catalogue d’une cinquantaine de workshops.

Le site www.job4students.uni.lu permettant aux employeurs d’annoncer leurs offres de stage et d’emploi aux étudiants vient quant à lui d’être remanié.

Les étudiants rencontrent les entreprises

Toujours au rayon des nouveautés, l’Université a décidé de donner un nouvel élan à son traditionnel salon des métiers et des carrières qui devient «unicareers.lu».

Au travers d’un partenariat avec la société Moovijob, à laquelle on doit également le salon de recrutement Moovijob Tour, cette passerelle entre l’Uni et le monde professionnel devrait prendre une dimension. Ce salon nouvelle formule sera organisé le 26 septembre dans les travées de LuxCongrès.

«Nous voulons proposer un salon qui va dans le sens d’un matching des besoins des entreprises avec les profils proposés par l’Université», déclare Yannick Frank, chargé du projet chez Moovijob.

80 entreprises et 200 écoles sont d’ores et déjà annoncées, ainsi que la participation d’étudiants luxembourgeois, mais aussi de la Grande Région, voire de contrées plus lointaines. Signe de l’attractivité persistante du marché grand-ducal.

La finance, l’audit et les métiers juridiques représenteront la moitié des enseignes participantes, pour un tiers issu de l’industrie. Des secteurs qui recherchent, quels qu’ils soient, des profils de plus en plus spécifiques.