POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

#CelebratingLuxembourg

«Nous connaître, c’est nous aimer»



bobkneip_mz.jpeg

Bob Kneip: «Il y a ceux qui ne connaissent pas le Luxembourg et ceux-là loupent quelque chose.» (Photo: Mike Zenari/archives)

Maison Moderne a choisi de placer l’année 2017 sous le signe de Celebrating Luxembourg pour mettre en lumière celles et ceux qui contribuent au rayonnement du pays à l’étranger. La série commence avec Bob Kneip, le fondateur et CEO de Kneip.

L’entrepreneuriat, Bob Kneip, 54 ans, l’a dans le sang. Lui-même issu d’une famille d’entrepreneurs, il a créé sa propre entreprise en novembre 1993. Initialement spécialisée dans la communication des annonces légales, la société Kneip a rapidement élargi sa palette d’activités à la création de rapports financiers légaux, puis s’est consacrée exclusivement au secteur des fonds d’investissement en proposant un service complet: publication des valeurs nettes d’inventaire, reportings réglementaires, reportings clients…

Monsieur Kneip, votre travail contribue au rayonnement à l’international du Luxembourg. Quand en avez-vous pris conscience pour la première fois?

«Au moment de la création même de la société, nous avions déjà la vocation de faire rayonner le Luxembourg à l’international. Mon premier métier a consisté à diffuser les annonces légales dans la presse internationale. Il s’agissait donc positionner les banques, sociétés de gestion, fonds et autres holdings un peu partout dans le monde. Tout ce qui est venu après n’a été qu’une amplification de ce mouvement.

Que ce soit les entités domiciliées ou les instruments financiers créés au Luxembourg, tous ont une obligation légale ou bien un besoin de communiquer. Nous nous sommes positionnés en tant que facilitateur, en nous basant sur des technologies et des processes simples. À partir du moment où la place financière a continué à rayonner à l’international, cela a aussi contribué à notre développement.

Nous avons vraiment créé un métier de la communication autour des publications légales.

Bob Kneip, fondateur et CEO de Kneip

Avant que la société n’existe, tout le monde faisait en interne, avec les moyens du bord. Nous avons simplement mis à disposition de chacune des équipes de l’expertise, de l’innovation, des outils et des processus pour rendre leurs actions plus efficaces, fluides, cohérentes et pragmatiques… Nous avons vraiment créé un métier de la communication autour de cela, pour en faire profiter en premier lieu les acteurs luxembourgeois devant communiquer à l’étranger, puis les sociétés étrangères pour leur permettre de communiquer avec planète entière. C’est là que nous avons vraiment mis le Luxembourg sur la carte.

Comment se positionne le savoir-faire luxembourgeois en matière de reporting à l’international?

«Il est omniprésent! Il suffit de regarder le nombre de pays où sont distribués, depuis Luxembourg, les produits financiers et où sont diffusées les informations financières. En Amérique latine, par exemple, tous les principaux fonds de pension sont alimentés par des véhicules d’investissement luxembourgeois. N’oublions pas que la Place se profile elle-même en tant que plateforme internationale pour le développement de nouveaux produits financiers, et se positionne en tant que deuxième centre mondial pour les fonds d’investissement.

Nous sommes souvent amenés à discuter directement avec les maisons mères des sociétés de gestion établies au Luxembourg. Que ce soit aux États-Unis, en Asie ou dans les autres grandes capitales européennes. C’est pour cela que nous disposons aussi de bureaux dans un certain nombre de pays. Nous sommes internationaux par essence.

Peut-on parler d’un savoir-faire typiquement luxembourgeois?

«Aucune autre place financière n’est en relation aussi étroite avec le reste du monde que Luxembourg. Nous avons des clients dans plus de 50 pays sur tous les continents. Et cette internationalisation se retrouve évidemment dans nos effectifs: sur 285 collaborateurs, nous comptons 27 nationalités, dont sept hors de l’Union européenne… et une quinzaine de Luxembourgeois. 

Luxembourg est un pays... fiable, dynamique et ouvert. Reconnaissez-vous le Luxembourg dans ces mots-clés retenus par le gouvernement?

«Bien sûr, mais au-delà de la fiabilité, je citerais aussi l’adaptabilité. Ces 1.000 dernières années ont été caractérisées par la capacité du pays à toujours s’adapter à des environnements et des cultures extrêmement différents… Cela a toujours créé une dynamique. Aujourd’hui, la dynamique se trouve dans notre place financière, à travers toutes les grandes entreprises installées ici, une main-d’œuvre qualifiée et polyglotte et une vraie culture de l’innovation.

Dans le secteur des fonds, le Luxembourg est très connu et apprécié, voire incontournable.

Bob Kneip, fondateur et CEO de Kneip

Il y a un autre mot-clé qui me vient à l’esprit, c’est ‘stabilité’. La stabilité politique et sociale du pays est indéniablement un de ses atouts majeurs. À cela s’ajoute aussi l’efficacité dans la mise en œuvre des infrastructures technologiques de télécommunication, de traitement et de transmission des données quasi unique au monde. Cela donne au Luxembourg son caractère fiable. Je note aussi la très grande qualité des services rendus et la proximité avec les autorités et les administrations.

Le fait que seulement la moitié de la population au Luxembourg est de nationalité luxembourgeoise montre à quel point le pays est ouvert.

Que vous disent vos interlocuteurs à l’étranger sur le Luxembourg?

«Globalement, parmi les gens que je croise, il y a ceux qui connaissent le Luxembourg et qui l’adorent. Et puis il y a ceux qui ne le connaissent pas et ceux-là loupent quelque chose. Ils vivent encore avec des clichés, peut-être parce que c’est plus simple pour eux et qu’ils n’ont pas eu envie de s’intéresser au sujet. Mais de manière générale, dans le secteur d’activité qui est le mien, le Luxembourg est tout de même très connu et apprécié, voire incontournable. 

Le Luxembourg est un pays qui vit avec son temps, à la pointe des technologies, et qui sait accueillir.

Bob Kneip, fondateur et CEO de Kneip

Et qu’est-ce que vous leur répondez pour leur donner envie de visiter le Luxembourg?

«Je leur dis que je connais beaucoup de gens qui sont venus au Luxembourg pour n’y rester que deux ou trois années et qui sont toujours là 25 ans après! Je leur dis aussi que nous connaître, c’est nous aimer. Je démythifie aussi la situation du pays: non, ce n’est pas un rocher perdu au milieu de l’Europe sur lequel sont accrochées des dizaines de milliers de boîtes aux lettres. C’est un vrai pays avec de vrais habitants, une culture, une population dynamique et variée… Un pays qui vit avec son temps, à la pointe des technologies, et qui sait accueillir.

Tous ceux qui ne connaissent pas le Luxembourg n’ont qu’à venir! Je serai ravi de les accueillir pour leur montrer toutes les multiples facettes de ce pays. 

À quelle occasion avez-vous pu particulièrement être fier du Luxembourg?

«J’en citerai plusieurs. Par exemple, en 2013, lorsque j’ai appris que le Luxembourg avait dépassé la Suède en matière d’aide publique au développement. Le pays et ses habitants reçoivent beaucoup, et il est bon de pouvoir rendre et participer à cet effort collectif de façon inconditionnelle. C’est aussi ça le Luxembourg: il est structuré et cohérent.

Je suis aussi fier du succès du pavillon luxembourgeois lors de l’Exposition universelle de Shanghai. Beaucoup de contacts que j’ai en Chine m’ont fait part de leur envie de revoir la Gëlle Fra dans son environnement naturel.

Je citerai aussi le moment où le Luxembourg a atteint la barre des 1.000 milliards d’euros d’actifs de fonds sous gestion (en 2004, ndlr), puis cassé la barre des 2.000 milliards (en 2010, ndlr) et enfin des 3.000 milliards (en 2014, ndlr).

Ensuite, je suis fier de la richesse de la vie culturelle du pays et de tout ce qui s’est développé ces dernières années. C’est juste hallucinant! Je me rappelle en 1995-96 que le Cercle municipal avait accueilli l’unique exposition consacrée à Camille Claudel… C’était impressionnant de voir le nombre d’œuvres exclusives venant de collections privées.

Enfin, je parlerai aussi de la grande fierté que représente le succès de l’Université du Luxembourg. Il a fallu avoir le courage de la créer. Ce qui a été fait en un peu plus de 10 ans est vraiment très fort.»

L'aventure #CelebratingLuxembourg continue sur celebratingluxembourg.com.