POLITIQUE & INSTITUTIONS
POLITIQUE

Poste vacant

Nicky Stoffel, candidate ADR pour le Conseil d’État



conseil_etat.jpg

Pour la première fois en un an et demi, un poste est vacant à la Haute Corporation. Selon les règles – tout le monde s’accorde à dire qu’elles sont compliquées –, c’est à l’ADR de proposer une femme. (Photo : Sven Becker / archives)

Le mandat du vice-président du Conseil d’État, Albert Rodesch, étant arrivé à terme, la Chambre recevra les candidatures pour le poste de conseiller d’État jusqu’au 16 février. L’ADR propose l’avocate Nicky Stoffel.

Ayant franchi la limite de 15 ans au Conseil d’État, l’avocat et membre du LSAP, Albert Rodesch, libère un poste à la Haute Corporation, pour la première fois en un an et demi.

Tandis que le docteur en médecine, Romain Nati, devrait normalement devenir vice-président, il appartiendra à la Chambre de désigner un nouveau membre de la Haute Corporation.

Le successeur d’Albert Rodesch devrait être une femme, proche ou membre de l’ADR, étant donné que la nouvelle loi sur l’organisation du Conseil d’État prévoit que «l’autorité investie du pouvoir de proposition» est supposé veiller à ce que soit respectée la représentation des partis à la Chambre et au fait que le Conseil d’État ne peut comprendre moins de 7 membres du sexe sous-représenté sur les 21 membres.

Mardi soir, le comité national de l’ADR décidait, puis annonçait par communiqué qu’il lancerait l’avocate Nicky Stoffel dans la course pour le poste libéré. Selon nos informations, l’avocate en droit des affaires n’était pas encore membre du parti conservateur et identitaire, mais devrait désormais l’être ou le devenir dans les prochains jours.

Critères remplis

De par ses champs d’expertise, la juriste née en 1974 correspond a priori au profil recherché par le Conseil d’État, à savoir «une personne ayant une formation de juriste spécialisé en droit du travail et en droit social ou une personne ayant une formation de juriste spécialisé en droit civil et en droit commercial».

Il n’empêche que d’autres intéressées pourront déposer des candidatures jusqu’au 16 février, tant qu’elles correspondent aux profils pour la Haute Corporation. La Chambre, réunie ultérieurement en plénière, tranchera in fine lors d’un vote secret.

Il y a un an et demi, le gouvernement refusait de nommer le membre de l’ADR Alex Penning, car – même si la nouvelle loi n’était pas encore en vigueur – ce dernier ne représentait pas le sexe sous-représenté à la Chambre. Cette fois-ci, on voit assez mal l’ADR échouer à obtenir son premier conseiller d’État. Sauf surprise.