ENTREPRISES & STRATÉGIES — Artisanat

HISTOIRES DE FAMILLES (10/10)

Muller, farine et tartines



Coup d’œil sur les petites histoires qui jalonnent les sagas des grandes familles entrepreneuriales du pays présentées dans l’ouvrage «Histoires de Familles». Aujourd’hui, l’histoire de la famille Muller, fournisseur des petits pains du matin.

Le nom de la famille Muller est associé depuis des générations à la production de farine. La véritable activité industrielle démarre en 1863 avec l’acquisition des moulins de Dommeldange. Mais le site est ravagé par un incendie en 1917, ce qui pousse les frères Muller (Edmond, Joseph et Georges) à racheter les moulins de Kleinbettingen et d’Arlon.

Une première diversification se dessine cependant au début des années 1950, avec la deuxième génération familiale composée de Jean et Jacques Muller. Ensemble, ils construisent une usine de production d’aliments pour le bétail sous la marque Alcovit-Protector, qu’ils vendent aux agriculteurs luxembourgeois. Mais l’unité de production a aussi été détruite dans un incendie, en 1966, et les responsables familiaux ont décidé de l’arrêter, même si elle avait assuré de beaux résultats.

1 / 4
2 / 4
3 / 4
4 / 4

Trois ans plus tôt, en 1963, Jean Muller croise la route de Joe Fischer, un petit boulanger artisanal plein d’ambition. Pour poursuivre ses développements dans la boulangerie, il avait fini par reprendre la boulangerie industrielle de Gilsdorf en 1962. Après un gros échec, il se met à la recherche d’investisseurs potentiels et rencontre la famille Muller. C’est ainsi que les Moulins de Kleinbettingen – le nouveau nom de la société – ont pris une participation dans l’activité du boulanger Joe Fischer.

À la même époque, au début des années 1960, était également née la Fapral (Fabrique de produits alimentaires S.A.) à Bertrange. En tant que boulangerie semi-industrielle, son objectif était de dépanner les boulangers les week-ends et au cours des périodes de vacances.

Mais la pâte ne lève pas et, en 1971, la famille Muller se porte actionnaire avec Joe Fischer. Grâce à cela, les Moulins de Kleinbettingen se retrouvent à la tête du premier groupe de boulangerie au Luxembourg. Une activité divisée en deux branches: la boulangerie (production et distribution via le réseau Fischer) et la meunerie.

1 / 4
2 / 4
3 / 4
4 / 4

Et la famille est toujours aux commandes: Patrick Muller et Manou Emringer sont co-CEO de Panelux (la production industrielle), Carole Muller gère le réseau de boulangeries Fischer tandis que Jean Muller est directeur général des Moulins de Kleinbettingen.

L’ouvrage Histoires de Familles est coédité par la Banque de Luxembourg et Maison Moderne. Plus d’informations sur l’e-shop de Maison Moderne.