POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Crise au Fonds du logement

Maggy Nagel s’expliquera jeudi, sans Miltgen



Image d'archives incarnant la grande époque du Fonds du logement et de son président Daniel Miltgen (à droite), du temps du ministre Marco Schank.  (Photo: David Laurent / archives)

Image d'archives incarnant la grande époque du Fonds du logement et de son président Daniel Miltgen (à droite), du temps du ministre Marco Schank. (Photo: David Laurent / archives)

À l’initiative de la fraction CSV, qui en avait fait la demande lundi, la ministre DP du Logement Maggy Nagel s’expliquera ce jeudi à 8h sur la procédure de révocation qu’elle a engagée contre le président du Fonds du logement. Un comité directeur de l’établissement public a failli être annulé ce mardi, faute de participants.

Claude Wiseler, président de la fraction CSV, et le député Marc Lies, vice-président de la commission du logement, également CSV, ont eu partiellement gain de cause ce mardi. Ils avaient réclamé la veille, dans une communication au président de la Chambre des députés, la convocation d’urgence d’une réunion pour entendre des explications de la ministre de tutelle, Maggy Nagel, sur ses intentions de limoger Daniel Miltgen, le président du Fonds du logement (FDL) pour défaut de communication et surtout perte de confiance. La ministre DP sera entendue jeudi à 8h, sans qu’il soit nécessaire de bousculer l’ordre du jour du Parlement.

Le principal parti d’opposition aurait souhaité que le président du FDL soit présent à la réunion, afin de confronter son point de vue à celui de la ministre, mais cette option n’a pas été retenue.

Claude Wiseler jugeait nécessaire, dans un entretien téléphonique avec Paperjam.lu ce lundi soir, que la ministre fournisse des explications sur les raisons qui l’ont poussée à actionner une mesure aussi exceptionnelle que celle de la révocation de Daniel Miltgen de ses deux mandats, au FDL et au Fonds de rénovation de la Cité Syrdall.

C’est seulement après la séance de justification que le CSV pourra se forger une opinion sur le cas Miltgen et prendre position, a fait savoir le patron de l’opposition.

En attendant jeudi, les choses ne devraient pas bouger au niveau du conseil de gouvernement, qui tient sa séance ce mercredi exceptionnellement au Château de Senningen. Officiellement pour préparer la présidence de l’UE. On présume que le cas Miltgen sera évoqué, mais peut-être pas tranché avant la réunion le lendemain de la commission du logement.

Miltgen droit dans ses bottes?

Si la révocation du président du FDL devait être confirmée, ce qui fait peu de doute, elle pourrait être officialisée vendredi.

Daniel Miltgen, qui semble déterminé à défendre sa probité – comme en témoigne la lettre du 13 mars qu’il a fait parvenir à la ministre –, apparaît de plus en plus isolé au sein du comité directeur du FDL. Trois membres du comité directeur avaient demandé la convocation d’une réunion extraordinaire après les révélations de Paperjam.lu sur les intentions de Maggy Nagel de mettre un terme à 25 ans de présidence Miltgen. La réunion devait se tenir ce mardi entre 8h30 et 10h au siège du FDL, avec à l’ordre du jour le «point sur la situation actuelle de la direction du Fonds et de son personnel et (la) détermination de la position à adopter».

Toutefois, la réunion a failli être annulée en raison des indisponibilités soudaines de la plupart de ses membres. Elle a pourtant eu lieu grâce aux suppléants qui ont permis de rassembler le quorum suffisant.

Sur un autre registre, mais toujours au chapitre FDL, Maggy Nagel a fait connaître mardi, dans le cadre d’une réponse au député Marc Lies, le prix de l’audit (60.000 euros maximum) commandé auprès de la firme PWC et le cahier des charges. Selon la ministre, une vingtaine d’employés du Fonds ont été auditionnés par les auditeurs dans le cadre du «diagnostic» sur l’efficacité et la gestion du FDL.