PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS

Fraude à l'investissement

Madoff: qui d’UBS ou de la CSSF dit la vérité?



La CSSF savait-elle ou non que Bernard Madoff se cachait derrière Luxalpha? (Photo: Wikimedia Foundation)

La CSSF savait-elle ou non que Bernard Madoff se cachait derrière Luxalpha? (Photo: Wikimedia Foundation)

Investor Protection relance la question des responsabilités dans la fraude Madoff et la mise en place du fonds réglementé Luxalpha, en adressant une lettre ouverte à la Commission de surveillance du secteur financier.

La firme de défense des investisseurs, Investor Protection, et son infatigable dirigeant Albert Biebuyck, relancent la question des responsabilités dans la fraude Madoff (qui a cinq ans) et de la mise en place du fonds d’investissement réglementé Luxalpha, qui a fait des milliers de victimes, toujours pas indemnisées.

Biebuyck a adressé, le 13 décembre dernier, une lettre ouverte à Jean Guill, directeur général de la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF), avec copie, entre autres, à Pierre Gramegna, le nouveau ministre des Finances (DP). Dans ce courrier, il demande au régulateur luxembourgeois où en est son enquête sur le «cas Luxalpha» et pourquoi la procédure d’indemnisation des victimes, dont le principe est pourtant inscrit dans une circulaire de 2002, n’a toujours pas été activée. 

Le rôle de banque dépositaire

La lettre va toutefois au-delà du pourquoi. Car les investisseurs, qui ont fait confiance au label de qualité luxembourgeois des fonds d’investissement réglementés et offerts au grand public, n’ont toujours que leurs yeux pour pleurer et n’ont reçu à ce jour aucune indemnité à la suite de cette gigantesque fraude.

La lettre d’Investor Protection rebondit ainsi sur un communiqué d'UBS, qui assurait, entre autres, le rôle de banque dépositaire de Luxalpha au Luxembourg. UBS a publié le 25 novembre dernier ce communiqué, dans lequel la banque, tout en se défendant de toute faute, affirmait que le régulateur luxembourgeois avait parfaitement eu connaissance que le fonds Luxalpha était investi dans des produits de la société de Bernard Madoff.

Savait ? Savait pas?

Or, la Commission de surveillance du secteur financier a toujours soutenu ne pas avoir été informée de la présence de Madoff dans la Sicav, destinée à être commercialisée dans le public et dans toute l’Union européenne, à partir de Luxembourg.

«Dans un récent communiqué», souligne la lettre d’Albert Biebuyck au régulateur, UBS laisse entendre que la CSSF ne dit pas la vérité au sujet de sa connaissance de la structure de Luxalpha».

Alors qui dit vrai?