POLITIQUE & INSTITUTIONS
EUROPE

Élections législatives

Macron à un tour de la majorité absolue



emmanuelmacron_legislatives.jpg

Le premier tour des élections législatives donne le camp du président Emmanuel Macron grand vainqueur avec près d'un tiers des voix et l'assurance d'une majorité absolue très confortable à l'Assemblée nationale. (Photo: DR)

Le premier tour des élections législatives organisé ce dimanche en France a permis la victoire du camp du président Emmanuel Macron avec 32,32% des voix selon les résultats définitifs. L’abstention atteint 51,29%.

Comme premier chiffre, on retiendra celui de la participation, située à 40,75% (à 17 heures) par le ministère de l’Intérieur français. Le premier tour des élections législatives organisé ce dimanche est avant tout marqué par une abstention importante qui atteint 51,29%.

L’autre chiffre marquant de ce premier tour organisé quelques semaines après l’accession d’Emmanuel Macron à l’Élysée est le score réalisé par son parti La République en marche, couplé au Modem de François Bayrou. Cette formation «ni droite, ni gauche» qui est née en avril 2016 recueille 32,32% des voix, devant Les Républicains (21,56%), le Front national (14%), La France insoumise (11%) et le parti socialiste (10,2%).

Tâche noire en Moselle

En Moselle, le parti du président arrive en tête de six circonscriptions sur neuf, soit le nombre de sièges de députés que se disputaient 136 candidats. La semaine prochaine verra quatre duels entre La république en marche et Les Républicains en Moselle, alors que le Front national est au second tour sur dans cinq circonscriptions sur neuf.

Cela sera notamment le cas dans la 6e circonscription, autour de Forbach, où le vice-président du Front National, Florian Philippot, est l'un des rares à donner à son parti la position en tête au premier tour, avec 23,79% des voix. 

L’éminence grise de Marine Le Pen est à la recherche d’un socle électoral local et surtout d’une assise qui le rassure en cette période où il est critiqué au sein de son parti, notamment pour son idée de sortie de l’Euro. Une idée plutôt mal perçue par les électeurs durant la campagne de l’élection présidentielle. 

Vers une majorité absolue 

Emmanuel Macron est donc à un tour de son second pari: rebattre les cartes de la politique française à l’assemblée nationale. En marche et le Modem pourraient même, selon les résultats du premier tour, décrocher une majorité absolue.

Les projections donnent la répartition en sièges suivante, sur 577 députés à élire:

  • La République en marche et le Modem: de 400 à 455 sièges;
  • Les Républicains, UDI, Divers droite: de 70 à 130 sièges;
  • Le parti socialiste allié aux radicaux et divers de gauche ainsi qu’aux écologistes: de 15 à 40 sièges;
  • La France insoumise: de 10 à 23 sièges;
  • Le Front national: de 1 à 10 sièges;


Les Français de l’étranger s’étaient, quant à eux, déjà exprimés le dimanche 4 juin pour un premier tour anticipé, plaçant le candidat de La République en marche, Pieyre-Alexandre Anglade, largement en tête avec 50,09% des voix.

Une semaine pour limiter la chute

Avec 271 députés lors de la législature qui se termine, le parti socialiste voit sa chute se précipiter, notamment sous l’effet du ralliement de certains de ses cadres à Emmanuel Macron. Même phénomène au niveau du groupe Les Républicains qui comptait 193 membres. Il reste donc une semaine aux deux partis historiques pour mobiliser leurs troupes et tenter de limiter les dégâts à l’occasion du deuxième tour organisé le dimanche 18 juin. 

Si la majorité absolue se confirme pour Emmanuel Macron, il aura, plus que tout autre président, l’obligation de réussir, eu égard à ses promesses de renouveau et d’ambitions pour son pays.

Si la hauteur de l’abstention se confirme, l’ensemble de la classe politique française devra s’interroger sur le désintérêt pour un scrutin qui doit permettre tout de même aux citoyens d’élire leur représentant au sein d’une assemblée qui vote les lois encadrant leur quotidien.

Premières réactions au Luxembourg

Différents responsables politiques luxembourgeois se sont exprimés sur les réseaux sociaux à la lecture des premiers résultats.