POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Beaux livres

Luxembourg par l’image



gensdeluxembourg_1024x10242x.png

Le photographe Raymond Reuter et l’auteur Claude Frisoni sortent «Gens de Luxembourg», un livre d’images qui s’intéresse aux habitants du Grand-Duché par le prisme du quotidien et de la simplicité.

Il y a un clin d’œil évident dans le titre «Gens de Luxembourg» avec l’homophone «Jean de Luxembourg», le grand-duc en retraite. C’est d’autant plus un clin d’œil que le livre s’intéresse justement aux gens, et pas à Jean, se focalisant sur monsieur et madame tout-le-monde plutôt que de citer des noms et montrer des visages connus.

C’est d’ailleurs ce qui fait le sel de l’ouvrage: montrer le Luxembourg tel qu’il est et non tel qu’il se rêve. Le jeune boxeur dans les cordes, les ateliers de couture, de mécanique, de joaillerie, de luthier, les clodos à côté des enseignes de luxe, les sportifs du dimanche (et du lundi, et du mardi…), les métiers d’hier et les enfants d’aujourd’hui…

Les photos de Raymond Reuter sont le fruit de deux années de travail, à sillonner le pays avec un appareil photo argentique. «Sur certains sujets, j’ai une image; sur d’autres, j’en ai 20. Le travail de tri et de sélection a été ardu», explique le photographe qui s’était fait connaître avec ses portraits de Luxembourgeois vivant à l’étranger.

1 / 5
2 / 5
3 / 5
4 / 5
5 / 5

Pour accompagner les photographies, Claude Frisoni raconte une histoire qui tisse un lien entre ces images. Il a travaillé à la sélection des photos et les a ordonnancées pour dresser une narration qui passe de l’une à l’autre comme on passe du coq à l’âne, comme une idée en entraîne une autre. La première double page se situe clairement dans le Luxembourg d’aujourd’hui: un arrêt de bus avec au premier plan deux hommes d’un certain âge, sans doute luxembourgeois, et derrière des plus jeunes, noirs et méditerranéens.

La photo suivante est un défilé d’une fanfare lors de la fête nationale à Fischbach. L’idée est lancée: Luxembourg, c’est tout ça. Le melting pot d’origine ET les traditions. Suivent le Mudam ET Moritz Ney (qui se prête à la couverture aussi), le foot ET les jeux virtuels, les pommes ET Star Wars, le vin ET le cimetière…

Prises séparément, les images en noir et blanc sont un peu nostalgiques, comme si le pays n’avait pas changé en 50 ans. Mais l’ensemble, soutenu par les textes, donne à voir un instantané du Luxembourg d’aujourd’hui.

«Gens de Luxembourg»

Raymond Reuter, Claude Frisoni (traduit par Jean-Pierre Thilges)

55€, en vente sur raymondreuter.com.