POLITIQUE & INSTITUTIONS

Voitures de société

L’usage réel des véhicules devient déterminant



Tout comme les véhicules hybrides, les voitures électriques ont fait leur apparition dans les flottes de société, pour des trajets urbains ou périurbains. (Photo: Charles Caratini / archives)

Tout comme les véhicules hybrides, les voitures électriques ont fait leur apparition dans les flottes de société, pour des trajets urbains ou périurbains. (Photo: Charles Caratini / archives)

Selon une étude européenne relayée par Arval Luxembourg, l’évolution du mix énergétique amènerait les entreprises – dont certaines ont déjà opté pour les voitures hybrides ou électriques – à adapter leur flotte de véhicules selon leurs besoins réels.

La société spécialisée dans la location de véhicules d’entreprise Arval et sa cellule Corporate Consulting ont présenté, il y a peu, devant un panel de clients, les grandes tendances qui se dessinent pour le marché du leasing, sur base d’une étude européenne sur les flottes d’entreprise menée à l’initiative du Corporate Vehicle Observatory (CVO).

Menée depuis 2012 auprès de plus de 2.300 loueurs de flottes de toute l’Europe, celle-ci a démontré cette année que la disponibilité accrue d’énergies alternatives – en plus du débat écologique entre essence et diesel et l’entrée en vigueur en 2017 du nouveau calcul de l’avantage en nature des véhicules de société – allait probablement influencer le choix des entreprises, notamment luxembourgeoises, dans les prochaines années.

Selon Arval Luxembourg, le basculement vers les motorisations essence est engagé et devrait encore prendre de l’ampleur à l’avenir, même si sous l’effet des normes réglementaires les motorisations diesel – de plus en plus propres – tenteront de se maintenir. La société estime que d’ici cinq ans, la part des véhicules diesel dans les flottes automobiles des entreprises luxembourgeoises interrogées se stabilisera à 79%, contre 88% ailleurs en Europe.

«Chaque énergie acquiert son espace»

Autre enseignement sur ce point, 54% des entreprises interrogées songent intégrer, ou l’ont déjà fait, des véhicules à énergie alternative de type hybride, plug-in hybride ou électrique dans leur flotte.

Pour Arval, «cela démontre que l’usage réel des véhicules s’impose peu à peu dans les arbitrages des chefs d’entreprise». Et que chaque énergie «acquiert son espace vital» avec les longs trajets pour le diesel, les distances intermédiaires pour l’essence, et les courts trajets urbain ou périurbains pour l’électrique, faute de mieux pour l’instant.

En dehors de ces nouvelles tendances liées au mix énergétique, l’étude du CVO a également mis en lumière une croissance des parcs de véhicules, une augmentation de leur durée de détention, un recours accru à des solutions de télématique et le carsharing auquel songeraient de plus en plus de gestionnaires de parcs.