COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Ressources humaines

Formation

LSC: premier bilan encourageant



Paul Emering (LSC): «Les demandes de formations techniques sont nombreuses dans l’industrie.» (Photo: Luc Deflorenne/archives)

Paul Emering (LSC): «Les demandes de formations techniques sont nombreuses dans l’industrie.» (Photo: Luc Deflorenne/archives)

Avec un budget de 8 millions d’euros, 25 collaborateurs à temps plein et 250 formateurs extérieurs, la Luxembourg School of Commerce tente de mieux répondre aux besoins des entreprises.

 

8.265 inscriptions enregistrées au 30 septembre 2010, 1.650 contrats d’apprentissage gérés: c’est un premier bilan positif et encourageant que la Luxembourg School of Commerce (LSC) a présenté ce lundi matin. Le nouvel organisme de formation avait vu le jour le 1er octobre 2009 sous l’égide de la Chambre de Commerce.

Avec un budget d’environ 8 millions d’euros, 25 collaborateurs à temps plein et 250 formateurs extérieurs, il regroupe sous une même enseigne trois axes de formation: formation initiale, formation continue et formation universitaire.

Approche client

Mieux répondre aux attentes des entreprises: voilà l’objectif numéro un que s’est assigné la LSC, alors que le monde professionnel se plaint régulièrement d’une inadéquation entre ses besoins et les qualifications disponibles sur le marché du travail. «Nous remarquons que les sociétés de commerce expriment actuellement des besoins importants en matière de formation axée sur l’approche client. Les demandes de formations techniques sont également nombreuses dans l’industrie. En revanche, les demandes de formation de type soft skills ont tendance à se perdre. Les entreprises préfèrent également que leurs collaborateurs suivent des formations plus courtes et plus ciblées et non plus sur plusieurs jours d’affilée», a expliqué Paul Emering, le directeur de la LSC.

Siemens et ArcelorMittal

Ainsi, en 2010, deux formations ont été mises sur pied par l’école dans le secteur industriel: l’une avec Siemens, l’autre en partenariat avec ArcelorMittal dans le cadre de la formation professionnelle continue. «En ce qui concerne la formation professionnelle initiale, le sujet dominant a été la préparation et la mise en œuvre de la réforme de l’apprentissage et ce pour trois professions gérées par la LSC: conseillers en vente, approvisionneurs et mécaniciens d’avions», ajoute Paul Emering.

Pour 2011, la LSC entend effectuer le suivi critique et la mise en œuvre de cette réforme de l’apprentissage. Par ailleurs, le programme «LSC Entrepreneurship» sera réorganisé, avec, entre autres, le développement d’une offre e-learning qui visera à accompagner les participants dans l’établissement d’un plan d’affaires. Une formation sectorielle «performance énergétique» développée pour la branche immobilière figure aussi à l’ordre du jour.  

Enfin, dans le cadre de son activité «relation école-entreprise», la LSC sera présente sur le stand «Maison de l’Economie» à la Foire de l’Etudiant, qui se déroulera prochainement du 11 au 12 novembre à Luxexpo.