POLITIQUE & INSTITUTIONS
POLITIQUE

Unel

L'idée d'une Chambre des étudiants refait surface



uni_lux_belval_38_w520.jpg

Dans les calculs de l'Unel, l'Université du Luxembourg serait représentée pour un tiers dans la composition des membres de la Chambre des étudiants. (Photo: LaLa La Photo / archives)

L’Union nationale des étudiants du Luxembourg (Unel) avance quelques pistes pour la création d’une Chambre des étudiants dont l’objet serait – pour qu’elle puisse mieux se faire entendre – de doter la représentation étudiante d’un cadre légal.

En avril 2014, près de 17.000 étudiants étaient descendus dans les rues de la capitale pour s’opposer au projet de loi 6670 concernant l’aide financière pour études supérieures.

En marge de cette manifestation, l’Union nationale des étudiants du Luxembourg (Unel), l’Association des cercles d’étudiants luxembourgeois (Acel) et le ministère de l’Éducation nationale avaient évoqué ensemble la possibilité d’instaurer une Chambre des étudiants pour doter la représentation des étudiants luxembourgeois d’un cadre légal.

Élus par le plus grand nombre

Un an et demi plus tard, faute d’avancées dans ce dossier, l’Unel a repris le sujet à son compte et tenté d’envisager de quelle manière cette structure pourrait être organisée.

Sur ce point, elle insiste surtout sur la nécessité de membres élus par le plus grand nombre, mais butte lorsqu’il s’agit de préciser qui pourra voter.

«En effet», dit Mylena Steinmetz, porte-parole de l’Unel à cette occasion, «le monde des étudiants luxembourgeois est très hétérogène, car il se compose des étudiants luxembourgeois qui étudient à l’étranger, de ceux qui étudient au Luxembourg et des étudiants frontaliers qui bénéficient de bourses d’études luxembourgeoises.»

Plus d’expatriés que de locaux

En se basant sur le chiffre de 80% des étudiants qui s’expatrient pour étudier, l’Unel plaide pour une Chambre des étudiants qui serait composée à deux tiers de ces expatriés – représentés à travers l’Unel et/ou l’Acel – et d’un tiers de «locaux» issus de l’Université du Luxembourg.

Dans le cas où d’autres organisations étudiantes devaient voir le jour – l’Unel cite par exemple une éventuelle association d’étudiants frontaliers –, «le nombre de sièges de la Chambre des étudiants pourrait être augmenté pour les intégrer», souligne encore Mylena Steinmetz.

Plaidant également pour une parité de ces représentants élus, des réunions bimensuelles publiques et de quelques considérations d’ordre financier qui devront être prises en charge par l’État, l’Unel insiste aussi sur le rôle consultatif dont devra disposer la Chambre des étudiants.

«À l’instar d’autres chambres, elle devra pouvoir rendre des avis sur tous les projets de loi en relation avec l’Éducation nationale, mais également sur tous ceux concernant directement ou indirectement les étudiants», conclut Mylena Steinmetz.