POLITIQUE & INSTITUTIONS
POLITIQUE

Recherche biomédicale

L’IBBL dans la cour des grands



ibbl_1_brody.jpg

L’IBBL, dirigée depuis 2012 par Catherine Larue, marque un point important en accueillant le symposium européen de l’Isber. (Photo: Phaedra Brody)

La biobanque luxembourgeoise accueille mardi et mercredi le premier symposium dédié à la recherche pré-analytique en Europe, en collaboration avec le forum mondial d’experts Isber.

Créée en 2008, l’Integrated Biobank of Luxembourg (IBBL) s’est confirmée ces dernières années comme l’un des piliers du pôle de recherche et d’innovation dans le domaine des sciences et technologies de la santé, aux côtés du LCSB.

Contrairement à d’autres biobanques, l’IBBL ne se résume pas à une infrastructure de recherche intégrée offrant des services de collecte, de traitement, d’analyse et de stockage d’échantillons biologiques et de leurs données associées. Elle s’est également spécialisée dans la recherche pré-analytique, visant à optimiser le traitement des échantillons biologiques de façon à ce qu’ils soient d’excellente qualité.

C’est d’ailleurs un volet de la recherche de plus en plus reconnu et scruté par les chercheurs du public comme du privé. «Les pratiques et les recommandations fondées sur la science sont essentielles pour améliorer la qualité des échantillons stockés dans les biobanques, ainsi que la fiabilité et la reproductibilité des résultats de la recherche», souligne Zisis Kozlakidis, président de l’Isber (International Society for Biological and Environmental Repositories), forum mondial de réflexion autour du stockage de spécimens biologiques et environnementaux, qui a vocation à aborder les questions scientifiques, techniques, juridiques et éthiques qu’il peut soulever.

L’IBBL sur la carte mondiale des biobanques

Pour son premier symposium «Biospecimen Research» sur le sol européen, l’Isber a choisi le Luxembourg, où officie Fay Betsou, l’une de ses anciennes présidentes et chief scientist officer de l’IBBL. «Le symposium ‘Biospecimen Research’ est important, car il justifie la recherche sur les biospécimens en tant que discipline scientifique et en tant que fondement nécessaire des activités de biobanking basées sur des données probantes», souligne celle qui préside le comité du programme de la manifestation.

S’étendant sur deux jours, le symposium est soutenu par le Fonds national de la recherche. Une belle prise pour l’IBBL, qui multiplie les partenariats industriels et scientifiques à l’international et aspire à être reconnue comme «la biobanque européenne de référence», selon les mots de sa CEO, Catherine Larue, dans une interview à Paperjam (à paraître le 28 février).