POLITIQUE & INSTITUTIONS — Justice

Décision du tribunal de commerce

L’Hôtel Alfa officiellement déclaré en faillite



Après plus de deux mois sans revenu, les salariés de l'Hôtel Alfa ont officiellement été détachés de leurs engagements contractuels envers leur ancien employeur, Alfa-Hôtel sàrl. (Photo: Maison Moderne/archives)

Après plus de deux mois sans revenu, les salariés de l'Hôtel Alfa ont officiellement été détachés de leurs engagements contractuels envers leur ancien employeur, Alfa-Hôtel sàrl. (Photo: Maison Moderne/archives)

Quatre jours après l’audience visant à demander la fin de l’activité de l’établissement de la place de la Gare, le tribunal de commerce a validé la procédure. Une procédure attendue depuis plusieurs semaines par les salariés, non payés depuis plus de deux mois.

C’est la fin de deux mois et demi d’incertitude pour les quelque 70 salariés de l’Hôtel Alfa. Vendredi, le tribunal de commerce a entériné la faillite de l’établissement, quatre jours après la tenue de l’audience entre Alfa Gestion, propriétaire des murs, et Alfa-Hôtel sàrl qui détient le fonds de commerce et qui employait le personnel, comme l'indique le Wort.

La décision des juges, qui nomme Yvette Hamilius comme curatrice, met ainsi non seulement fin aux engagements contractuels qui les liaient à la société gérée par Rolphe Reding, mais leur permet aussi de pouvoir s’inscrire au sein de l’agence pour l’emploi. Citée par nos confrères, la curatrice indique que les désormais anciens salariés de l’Hôtel Alfa «auront le statut d’hyperprivilégiés à l’Adem».

«Intransigeance» des responsables d’Alpha-Hôtel

Pour mémoire, l’établissement avait fermé ses portes du jour au lendemain à la mi-mars en raison d’un conflit financier. Alfa-Hôtel sàrl accuse depuis 2013 des arriérés de loyer, estimés à quelque 2,5 millions d’euros, auprès d’Alfa Gestion qui avait obtenu, en mai 2016, une décision de justice l’autorisant à résilier le bail et donc à la fermeture de l’établissement.

L’exécution de ce jugement avait été reportée de quelques mois sur décision des dirigeants de la société, qui affirmaient alors vouloir «trouver une solution à l’amiable». Mais face à ce qu’ils qualifiaient d’«intransigeance» des responsables d’Alpha-Hôtel, qui ont poursuivi l’exploitation de l’hôtel et de la brasserie, l’issue aurait été inévitable.