POLITIQUE & INSTITUTIONS
POLITIQUE

Vœux

Les vœux de Xavier Bettel pour 2019 à la presse



img_0430.jpg

Comme le veut la tradition, le Premier ministre Xavier Bettel a présenté ses vœux aux médias du pays pour l’année 2019. L’occasion pour lui de rappeler l’importance d’une presse libre et professionnelle.

C’est à nouveau dans le cadre du Musée national d’histoire et d’art que le Premier ministre Xavier Bettel a reçu journalistes, photographes, techniciens et membres des directions des différents médias du pays pour leur présenter ses bons vœux pour l’année 2019. Un exercice qu’il s’est dit «heureux de réaliser pour la sixième fois en tant que Premier ministre».

Aussi des problèmes au Luxembourg

Mais avant cela, c’est la présidente du Conseil de presse, Ines Kurschat, qui a pris la parole. Celle-ci a indiqué que, si «la situation pour les médias au Luxembourg est bien meilleure, nous avons tout de même des problèmes en ce qui concerne les libertés d’opinion et de presse». Et de pointer ici la protection des lanceurs d’alerte (notamment dans le cadre des LuxLeaks), les manœuvres d’intimidation des journalistes ou des maisons d’édition via des plaintes, l’usage abusif des «fake news» par «les politiciens populistes»...

Mais elle a aussi souligné les points positifs, dont la loi de transparence qui permet d’accéder à des documents des services d’État, ou le fait que le Conseil ait été invité comme observateur des échanges sur la réforme des aides à la presse. «Cela reste un outil indispensable sans lequel nous n’aurions pas le pluralisme des médias que nous avons actuellement», a relevé Ines Kurschat, qui, comme le Conseil qu’elle préside, se félicite aussi que ces aides soient élargies «aux contenus en ligne».

Un pilier de la démocratie

La qualité est un élément crucial. Le Premier ministre l’a aussi souligné. La liberté de la presse est aussi importante aux yeux de Xavier Bettel, qui a insisté sur le rôle important des médias dans la lutte contre «l’homophobie ou l’antisémitisme». Il est donc évidemment un fervent défenseur d’une presse «professionnelle et efficace», qui constitue «comme la justice, un pilier important de la démocratie».

En marge de ses vœux, et en réponse à Ines Kurschat, le Premier ministre concède que «tout n’est pas parfait dans notre pays, même si on n’emprisonne pas les journalistes dans le cadre de leur métier. Je ne serai jamais d’accord avec le fait de vouloir museler des journalistes ou de changer des juges quand ils ne plaisent pas, comme dans certains pays.» Notamment la Pologne, même s’il ne la cite pas.

Quant au dossier des aides à la presse, qui suscite pas mal d’impatience, il n’en a pas été question, ou presque. «Le dossier est terminé et a été transmis. Pour le reste, je ne fais aucun commentaire et ne donne aucun délai», a terminé Xavier Bettel.