POLITIQUE & INSTITUTIONS
MONDE

En Allemagne

Les vieux diesels menacés d’interdiction



diesel.jpg

La pollution au NOx par les vieux moteurs diesels concernait encore l’an dernier près de 70 villes allemandes. (Photo: Licence CC)

La Cour administrative fédérale allemande a validé ce mardi des interdictions de circulation frappant à Stuttgart et à Düsseldorf d’anciens moteurs diesels. Un jugement qui pourrait être étendu à d’autres villes et concerner 12 millions de véhicules au total.

Après s’être accordé plusieurs jours de réflexion, la Cour administrative fédérale allemande a jugé ce mardi que les grandes villes avaient le droit d’interdire la circulation aux voitures diesels les plus polluantes.

Elle a ainsi rejeté les requêtes des Länder du Bade-Wurtemberg et de Rhénanie-du-Nord–Westphalie, qui s’opposaient à une telle interdiction imposée par des juridictions locales aux villes de Stuttgart et de Düsseldorf.

À l’origine de toute cette procédure se trouve la Deutsche Umwelthilfe (DUH), qui considérait que les niveaux de particules enregistrés dans ces villes n’étaient pas conformes aux normes européennes d’émissions d’oxyde d’azote (NOx).

Si l’arrêt des juges de Leipzig prévoit des délais d’application et certaines exceptions – pour les artisans notamment –, il concerne potentiellement d’autres villes allemandes.

12 millions de véhicules menacés par l’interdiction

Selon l’Office fédéral de l’environnement, elles étaient en effet encore près de 70 l’an dernier à présenter des taux d’oxyde d’azote supérieurs au seuil annuel moyen de 40 microgrammes par mètre cube d’air édicté par l’Union européenne.

En termes de véhicules, cela pourrait en concerner 12 millions sur les 15 actuellement en circulation en Allemagne, puisqu’à peine 3 millions de voitures sont équipées de la dernière technologie Euro 6 en date et ne sont pas concernées par cette interdiction.

«C’est un grand jour pour l’air pur», a réagi ce mardi Jürgen Resch, le responsable de la DUH, qui a déclaré s’attendre à «de nettes améliorations de la qualité de l’air dès cette année».

Mais pour l’industrie automobile allemande, c’est sans doute un coup dur.