POLITIQUE & INSTITUTIONS
POLITIQUE

Vœux 2019

Les Verts imperturbables



20190110_photo_matic_zorman_7891.jpg

Christian Kmiotek: «Il est à la fois indispensable et tout à fait possible de faire plus et mieux en la matière.» (Photo: Matic Zorman)

Fort de ses excellents résultats aux dernières élections et confiant pour les défis à venir, Déi Gréng présentait hier soir ses vœux aux Rotondes.

C’est avec un discours enlevé, enthousiaste, mais sans arrogance qui mettait à l’honneur les accomplissements de 2018 et les équipes qui les ont rendus possibles que le parti Déi Gréng a lancé sa nouvelle année dans une galerie des Rotondes presque comble.

Des réussites collectives

Si le parti a su obtenir le succès que l’on connaît aux récentes élections législatives, c’est qu’il a été préparé en amont et avec la collaboration de toutes les forces vives de l’écosystème vert luxembourgeois, Christian Kmiotek en est certain: «Si l’on souhaite vraiment induire ces changements significatifs, je pense qu’il faut savoir le faire avant et non après les élections.»

Celui qui occupe la coprésidence de sa formation depuis 2013 se félicite en effet non seulement de la qualité du programme présenté, mais aussi de celle des candidats, «jeunes, volontaires et dont environ la moitié se trouvait pour la première fois sur une liste électorale nationale». La satisfaction d’obtenir une telle représentation à la Chambre et des ministères régaliens tels que la Justice et la Défense est certes présente, mais elle n’occulte en aucune manière les enjeux immédiats que sont, selon l’ancien conseiller du ministère de la Culture, la lutte vertueuse pour un Luxembourg et une Europe plus orientés vers l’humain, l’équité sociale et la genèse d’un terrain fertile dédié aux générations à venir...

Des valeurs affirmées pour les européennes

Avec un nouvel objectif européen en vue, les Verts réaffirment les valeurs qu’ils ont faites leurs: de meilleurs droits pour les Hommes avec un grand H certes, mais aussi et surtout pour les femmes, pour les consommateurs et enfin pour les animaux: «Toutes ces dimensions sont connexes et complémentaires. Avec une politique agricole commune qui représente tellement dans le budget de l’Union européenne, il est à la fois indispensable et tout à fait possible de faire plus et mieux en la matière», affirme Christian Kmiotek.

Exemple est pris d’une enquête requise au Parlement européen sur le transport animalier et tout bonnement rejetée par le président de l’instance, Antonio Tajani. L’affaire serait en l’occurrence amenée devant la Cour de justice de l’Union européenne à Luxembourg par le groupe parlementaire prochainement... Une information qui contraste au final de manière significative avec l’ambiance résolument enjouée qui régnait lors de ces vœux.