POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Communales 2017

Les pirates et 3 ½ points pour la capitale



dsc_2152.jpg

Le candidat chef de file des pirates, Sven Clement, veut représenter une nouvelle génération. (Photo: Nader Ghavami)

Estimant que tout le monde est «à court d’idées», le parti pirate déclare dans son programme électoral pour la capitale être «la voix d’une nouvelle génération».

Dans l’espoir d’entrer une première fois au conseil communal de la capitale, le parti pirate, sous l’impulsion de son candidat chef de file et président, Sven Clement, décline son programme électoral en trois points et demi.

L’on peut retenir que le dernier point (ou demi-point) du programme reflète la volonté du parti de se distinguer des autres partis: «Une voix forte pour une nouvelle génération.» Le parti pirate estime en effet qu’il est le seul parti «plein de nouvelles idées et prêt à remettre les sagesses existantes en question».

Fidèle à sa philosophie

Dans ses trois priorités qui sont rendre la ville «viable et vivable», la rendre «fit pour l’avenir», et permettre aux citoyens de décider «quand et jusqu’où notre ville grandit», l’on retrouve en effet certaines nouveautés, mais aussi des idées moins originales, comme notamment celle d’un conseil communal des jeunes, également proposé par d’autres partis.

Les principales propositions des pirates sont fidèles à la philosophie du parti: la transparence et le progrès technologique. Ainsi, ils revendiquent un registre des subsides public, un droit à l’accès à l’information communale, l’abolition des caméras de surveillance «Visupol».

Par ailleurs, ils demandent à ce que la Ville de Luxembourg «redevienne maître de ses réseaux de communication» ou encore à ce que les rapports des commissions soient dorénavant rendus publics.

Plus de logements, et plus abordables

Côté logements, les pirates entendent innover en créant une société de promotion publique. Parallèlement, ils proposent d’investir 20% des réserves financières dans la construction de logements et ils souhaitent construire des logements sociaux sur les réserves foncières de la commune.

Par ailleurs, ils veulent augmenter le taux minimal d’occupation lors de l’élaboration des plans d’aménagement particuliers, les PAP. En ce qui concerne les nouveaux quartiers, ils souhaitent le fixer à 50% au minimum.

Le parti affiche en outre sa volonté de combattre l’utilisation détournée de logements, notamment pour des bureaux, en établissant une liste publique des logements sans déclaration de résidence. Pas un mot en revanche en ce qui concerne les logements inoccupés.

Des idées et encore des idées

En ce qui concerne la mobilité, le parti pirate souhaite réduire le nombre de stationnements par «unité et PAP», tandis qu’il veut créer des places de stationnement réservées aux services de soins et des parkings pour les camionnettes afin de soulager les quartiers résidentiels pendant la nuit et les week-ends.

Par ailleurs, les pirates sont favorables à une zone «shared space» par quartier, ils veulent transformer les lampadaires en postes de recharge pour les véhicules électriques, ou encore, dans un autre registre, introduire des conteneurs d’ordures souterrains comme un peu partout à l’étranger.

Tout cela ne représente qu’une partie des propositions du parti pirate. Des idées dont certaines pourraient éventuellement être réalisées au cours des prochaines années. Mais pas nécessairement par les pirates.