ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

Revue de presse

Les patates du Grand-Duché dans le Financial Times



mockup_web_3.jpg

Ce n’est pas le prix mais un différend familial qui serait la cause du refus de l’agriculteur de vendre sa parcelle à Google, selon le quotidien britannique, qui cite le ministre de l’Économie Étienne Schneider. (Photo: Maison Moderne)

Un article paru jeudi dans le célèbre quotidien financier revient sur la difficulté du gouvernement luxembourgeois à trouver un terrain pour pouvoir accueillir le futur data center de Google, du fait d’un propriétaire récalcitrant.

«Un agriculteur de pommes de terre déraciné par Google pour un investissement d’un milliard d'euros». Le titre choisi par le Financial Times rappelle un peu ceux des tabloïds britanniques, mais le ton utilisé dans l’article reste sérieux.

Il s’agit en effet d’un investissement de 1 milliard d’euros pour lequel le Luxembourg «est en concurrence avec plusieurs pays dont l’Autriche», rappelle Aliya Ram, l'auteur. Mais les efforts du gouvernement étaient «sur le point d’être réduits à néant du fait d’un propriétaire récalcitrant qui cultivait des pommes de terre», continue la journaliste.

L’article rentre ensuite dans les détails en expliquant que le terrain en question, situé à Bissen, appartenait à trois frères qui avaient hérité d'une petite ferme, et que c’est l’un d’entre eux qui refusait la transaction.

Le problème n’aurait pas été le prix d’achat du terrain, mais «un différend entre frères», explique Étienne Schneider, le ministre de l’Économie, cité par le Financial Times.

L’agriculteur a finalement cédé à la pression du gouvernement, qui menaçait d’utiliser la loi pour acquérir de force le troisième tiers du lot en question, raconte encore M. Schneider.

Le géant américain n’a pas souhaité commenter cette histoire et n’a pas confirmé au quotidien britannique s’il comptait effectivement construire un data center au Luxembourg.

Dans sa conclusion, Aliya Ram rappelle toutefois que Google a acheté au mois de juin un terrain de 73 hectares au Danemark pour 65 millions de dollars, sans préciser non plus s'il y construirait un data center.