POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Bilan 2018

Les jeux à gratter sauvent la mise de la Loterie



La Loterie se félicite d’avoir renouvelé sa gamme de jeux à gratter. (Photo: Shutterstock)

La Loterie se félicite d’avoir renouvelé sa gamme de jeux à gratter. (Photo: Shutterstock)

La Loterie nationale a enregistré une progression de ses ventes de 2,75% (+3,7% en 2017) à 104,3 millions d’euros pour l’année 2018. Les jeux à gratter compensent une baisse d’attrait pour l’Euromillions et le Joker.

Les jeux de loterie connaissent des résultats variables. L’historique Lotto a enregistré en 2018 des chiffres de vente stable «grâce à une communauté de joueurs dont la fidélité est à l’épreuve du temps», précise la Loterie nationale dans un communiqué diffusé ce lundi. 

La Loterie dresse le bilan de ses activités de l’année dernière durant laquelle elle a engrangé 104,3 millions d’euros de ventes (101 millions en 2017). 

Le résultat timide s’explique par la baisse des jeux de tirage. Les détails ne sont pas encore communiqués, mais les ventes de l’Euromillions, du Joker et d’ExtraLux (un gain supplémentaire de l’Euromillions créé au Luxembourg) ont baissé de 3%. En 2017, l’Euromillions représentait pas moins de 45% des revenus bruts des jeux de la Loterie.

«Les efforts de la Loterie nationale pour moderniser le jeu Zubito Loto ont partiellement limité la baisse de ses ventes à -8%. Les terminaux de jeu illégaux, toujours en expansion, continuent cependant d’influencer négativement les résultats de l’offre légale de la Loterie nationale», précise l’institution, qui compte pour sa part 450 points de vente.

Espoir dans ce segment, le High 5 (un jackpot quotidien de 50.000 euros) «a connu un franc succès auprès des joueurs. Ses ventes ont largement contribué au résultat global, bien que le jeu ait été lancé en cours d’année», précise la Loterie.

Revenus pour l’Œuvre

À l’inverse, la Loterie se félicite d’avoir renouvelé sa gamme de jeux à gratter qui a progressé de 15%, avec, là aussi, un produit entré dans les habitudes joueurs: le Piccobello.

Et la Loterie d’observer la stabilité des paris hippiques par rapport à 2017 (1,8%), tout en déplorant la baisse des paris sportifs Oddset (1,8% des revenus également en 2017) de 43,5%, en raison «d’une offre illégale qui met à mal les efforts de la Loterie nationale», précise le communiqué.

Le développement de jeux illégaux pose au moins la question de la finalité de ces derniers, puisque les montants nets perçus par la Loterie sont reversés intégralement à l’Œuvre nationale de secours Grande-Duchesse Charlotte qui peut les utiliser pour ses causes sociales.

La Loterie précise que «depuis plus de 70 ans, l’Œuvre a versé ainsi près de 400 millions d’euros aux œuvres de bienfaisance. En moyenne, sur 1€ misé par un joueur, 25 centimes reviennent aux bonnes causes.»