POLITIQUE & INSTITUTIONS

Libéralisation du contrôle technique

Les géants allemands lorgnent sur le Luxembourg



snct_controle_technique_paperjam_snct.jpg

Pour concurrencer la SNCT, Dekra et TÜV aimeraient implanter des centres de contrôle technique au Luxembourg, en lien avec la libéralisation du marché qui entrera en vigueur le 1er février. (Photo: SNCT)

À partir du 1er février, la SNCT perdra officiellement son monopole sur le marché du contrôle technique en raison d’une transposition de directives européennes. Selon les informations de Paperjam, Dekra et TÜV envisagent d'ouvrir leurs propres centres dans le pays.

D’ici les prochaines années, les automobilistes devant effectuer leur contrôle technique ne devraient plus forcément se rendre dans l’un des centres de la Société nationale de contrôle technique (SNCT). Ils pourraient avoir l’opportunité de se rendre dans un établissement estampillé Dekra ou TÜV, le leader européen du contrôle technique d'un côté et une institution reconnue pour son sérieux de l’autre côté de la Moselle de l'autre.

Selon nos informations, les deux sociétés devraient déposer dans les semaines à venir un dossier de candidature auprès du ministère du Développement durable et des Infrastructures, chargé d’accorder les agréments nécessaires. Officiellement, le ministère de la place de l’Europe se contente d’indiquer qu’«il existe un certain intérêt depuis un certain temps déjà» de la part d’acteurs privés de s’implanter au Grand-Duché. Les deux sociétés allemandes, contactées par Paperjam.lu, n’ont pas souhaité commenter leurs ambitions d’implantation au Luxembourg, se contentant de préciser qu'«il est encore trop tôt pour évoquer ce sujet». L'une d'entre elles assure cependant «être en cours d'analyse des différentes options possibles».

La SNCT entend poursuivre très activement sa politique orientée vers la proximité de ses services.

Simone Nilles, responsable communication de la SNCT

Pour être autorisés à exercer, Dekra et TÜV devront répondre à toute une série de critères. L’implantation d’au moins trois centres qui devront couvrir au moins 90% du territoire en fera partie, tout comme le fait de disposer d’au moins deux lignes pistes, dont l’une réservée aux poids lourds ou bien encore d’avoir une personnalité juridique propre. Autant de critères à respecter qui vont nécessiter du temps avant une mise en place effective des services. Un délai estimé, dans le meilleur des cas, à plusieurs mois.

À l’heure actuelle, les deux sociétés allemandes sont déjà actives au Luxembourg, mais pour des activités d’assurance ou de comptabilité et pas pour une activité de contrôle technique. Afin de veiller au respect des différents critères imposés par la loi, une commission sera créée en vue de délivrer – et éventuellement retirer – les fameux agréments. Face à l’arrivée de la concurrence, la SNCT, de son côté, indique qu’elle «compte organiser ses services pour encore mieux répondre aux besoins divergents en matière de contrôle technique des clients professionnels et des clients privés» et souhaite «poursuivre très activement sa politique orientée vers la proximité de ses services» via «le renforcement des activités auprès de ces partenaires externes».

Suppression du contrôle pour les véhicules neufs

À noter que la loi votée en décembre dernier correspond à une transposition de trois directives européennes datées d’avril 2014 et prévoit, outre la libéralisation du marché, une série d’allègements destinés à «parer à la congestion des stations de contrôle technique», de «rapprocher la fréquence des contrôles des dispositions européennes» et enfin de «favoriser la mobilité douce» en abolissant l’obligation d’enregistrement pour certains véhicules, tels que les cycles électriques.

Parmi les mesures phares de cette loi figurent notamment la suppression du passage dans les stations de contrôle des véhicules neufs, la mise en place de nouvelles échéances de contrôle – le premier se faisant désormais aux quatre ans du véhicule, puis tous les deux ans - ou la suppression de la durée de validité du certificat de contrôle en cas de présentation tardive du véhicule.