PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS

Gestion

Les fonds luxembourgeois battent tous les records



Les fonds luxembourgeois font figure de porte d’entrée idéale pour une distribution à l’international.  (Photo : archives paperJam)

Les fonds luxembourgeois font figure de porte d’entrée idéale pour une distribution à l’international. (Photo : archives paperJam)

Selon les données de la CSSF (Commission de Surveillance du Secteur Financier), l’encours des fonds luxembourgeois a atteint 2.383,826 milliards d’euros à fin 2012. C’est 13,7 % de plus qu'il y un an.

L’industrie des fonds luxembourgeois échappe à la crise et pulvérise même tous les records d’encours. Au 31 décembre 2012, selon la CSSF, « le patrimoine global net des organismes de placement collectifs et de fonds d’investissement spécialisés s’est élevé à 2.383,826 milliards d’euros. C’est 1,02 % de plus en un mois et 13,70 % de plus qu’à la fin 2011. Ce chiffre constitue un nouveau plus-haut historique.

Il s’établit dans le contexte d’une évolution favorable des marchés financiers, qui gonfle mécaniquement les encours des fonds actions, partout en Europe et dans le monde . Néanmoins, les fonds luxembourgeois bénéficient également d’une émission nette positive.

3.841 fonds

Au total, le Luxembourg compte un total de 3.841 fonds d’investissement spécialisés (FIS) et 12.041 compartiments.

« Au Luxembourg, c’est d’abord notre modèle cross-border et notre diversification en termes de classes d’actifs et de zones géographiques d’investissement qui augmentent notre résistance à la crise. Ainsi, en 10 ans, la part de marché combinée de Luxembourg et Dublin, champions de la distribution transfrontalière, dans la gestion d’actifs européenne, est passée de 20 à 40 %. », expliquait récemment Marc Saluzzi, dans une interview à paperJam.

Dans un contexte de crise, les fonds luxembourgeois font par ailleurs figure de porte d’entrée idéale pour une distribution à l’international.

Néanmoins, l’industrie des fonds redoute toujours les effets d’une « fatigue réglementaire » et de la création éventuelle de labels de distribution en Asie.