PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS
BANQUES

Carte Blanche

«Les ETF, une opportunité pour les banques privées»


Retour au dossier

1_lyxor.jpg

Alexandre Gerbaud, vente institutionnelle pour Lyxor ETF.

La directive Mif 2 constitue un défi pour les distributeurs et les incite à repenser leur modèle, à la fois en termes de solutions d’investissement, de rémunération et de services proposés à leurs clients. Ce nouveau contexte favorise en particulier l’utilisation des ETF par les banques privées.

Les banques privées conduites à repenser leur modèle

Depuis janvier 2018, la directive Mif 2 exige une transparence plus grande sur les commissions prélevées par les distributeurs de produits financiers, permettant aux investisseurs finaux d’avoir plus de clarté sur ce qui leur est facturé. De ce fait, la réglementation pourrait indirectement soutenir la dynamique du marché de la gestion passive, portée par les ETF (exchange traded funds). On peut s’attendre en effet à voir la demande s’orienter vers des véhicules d’investissement moins coûteux.

La transparisation des coûts va donc conduire les distributeurs, dont les banques privées, à redéfinir leur offre.

Alexandre GerbaudAlexandre Gerbaud, Vente institutionnelle (Lyxor ETF)

Si les ETF présentent bien des avantages – simplicité, liquidité, cotation en continu, facilité opérationnelle, accès à de multiples classes d’actifs… –, ils affichent aussi de faibles frais courants en général, soit 0,27% en moyenne en Europe (source: ETFGI). À l’image de la gamme «Core» de Lyxor composée de 16 ETF à réplication physique sur les principaux indices actions, ainsi que certains marchés obligataires avec des frais courants compris entre 0,04% et 0,12% par an.

La transparisation des coûts va donc conduire les distributeurs, dont les banques privées, à redéfinir leur offre. Aux côtés de fonds actifs, elles intégreront davantage de solutions d’investissement à moindres coûts comme les ETF, réduisant les frais externes moyens du portefeuille. 

Gestion active vs passive : un débat dépassé ?

En matière de construction de portefeuille, une combinaison adéquate de gestion active et passive peut apporter une grande valeur ajoutée. À nos yeux, opposer les deux styles de gestion est une vision réductrice de l’industrie. Une récente étude de la Recherche ETF de Lyxor propose une analyse des performances de plus de 6.000 fonds actifs et tend à montrer que l’allocation entre véhicules d’investissement est un moteur-clé pour construire des portefeuilles plus performants(1).

Sur une période de 10 ans, seulement 25% des fonds actifs en moyenne ont surperformé leur indice de référence.

Alexandre GerbaudAlexandre Gerbaud, Vente institutionnelle (Lyxor ETF)

Ainsi, l’étude révèle que sur une période de 10 ans, seulement 25% des fonds actifs en moyenne ont surperformé leur indice de référence. Si la gestion active affiche de meilleures performances sur des marchés moins efficients ou très spécifiques, elle éprouve plus de difficultés à battre le benchmark sur le marché américain des grandes capitalisations (11% sur 10 ans), par exemple. Établir la bonne allocation entre véhicules passifs et actifs au sein d’un portefeuille s’avère donc crucial. 

Une offre ETF en permanente évolution 

En fonction de leurs profils, besoins et contraintes, un certain nombre de banques privées vont proposer aux investisseurs de combiner les différents types de gestion. En tant que fournisseur d’ETF, nous nous devons de toujours offrir de nouvelles sources de valeur ajoutée pour la construction des portefeuilles. Nous entendons accompagner les banques privées en leur proposant une palette d’instruments des plus larges.

L’évolution de l’offre sur le marché des ETF permet aux investisseurs d’accéder à une grande variété de choix, selon leurs besoins et leurs objectifs.

Alexandre GerbaudAlexandre Gerbaud, Vente institutionnelle (Lyxor ETF)

L’offre de Lyxor ETF propose aussi bien des expositions classiques (actions, obligations, secteurs…) à très bas prix que des stratégies plus différenciantes, par exemple, les ETF Smart Beta qui visent à répondre à des objectifs précis (réduire la volatilité, générer du rendement). Les investisseurs ont aussi accès à des thématiques porteuses comme l’ISR, ou des ETF cherchant à capter des tendances de fond (robotique et intelligence artificielle…). L’évolution de l’offre sur le marché des ETF permet aux investisseurs d’accéder à une grande variété de choix, selon leurs besoins et leurs objectifs. 

Les ETF comme briques d’allocation idéales

L’allocation d’actifs joue un rôle central dans le modèle des banques privées. Avec Mif 2, il n’est plus possible de toucher des rétrocessions lorsque l’on est en architecture ouverte. L’allocation fait partie des services (avec la sélection des fonds, le suivi de portefeuille…) proposés moyennant une commission de gestion. La variété de l’offre disponible sur le marché fait des ETF des briques d’allocation idéales pour implémenter toute allocation d’actifs.

Une autre piste d’exploration est la gestion pilotée. Il s’agit d’une offre «clés en main», diversifiée et flexible à base d’ETF encapsulée (ou non) dans une assurance-vie, par exemple. Lyxor a noué en France un certain nombre de partenariats dans ce sens. Certaines plates-formes ou robo-advisors proposent également ce type d’approche permettant la démocratisation des ETF au sein des patrimoines.

Investir avec Lyxor

Les changements réglementaires vont agir comme un nouveau relais de croissance pour le marché des ETF, dont EY estime les encours à 7.600 milliards de dollars d’ici fin 2020(2). Une croissance que Lyxor, pionnier européen des ETF depuis 2001 et 3e fournisseur européen(3), entend accompagner à travers une gamme complète d’ETF et de services innovants. 

(1) “Analysing active & passive fund performance: What 2017 results tell us about portfolio construction”

(2) Global Research ETF 2017: reshaping around the investor – EY

(3) Lyxor International Asset Management, au 29/10/2018