COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Ressources humaines

Ressources humaines

Les différences d’âge vues comme un atout



startup-594090_1920.jpg

36% des salariés luxembourgeois considèrent que leur manager ne traite pas de la même façon les collaborateurs selon leur âge. (Photo: Licence C.C.)

Près de 90% des salariés luxembourgeois disent préférer travailler dans une équipe qui mélange les générations, selon une étude du cabinet de recrutement Randstad. Mais 66% préfèrent un manager de leur âge ou plus âgé.

Les différences d’âge peuvent parfois poser problème dans les relations professionnelles. Au Luxembourg, c’est tout l’inverse. Selon le dernier Randstad Workmonitor, une étude globale menée par l’agence d’intérim, la collaboration entre différentes générations au bureau est vue comme un atout par 87% des actifs luxembourgeois.

Ceux-ci estiment même que cette variété d’âges «permet d’être plus créatifs et de produire des idées/solutions plus innovantes», précise Randstad. La communication avec des collègues plus jeunes ou plus âgés n’est toutefois pas toujours facile. 20% des personnes interrogées disent rencontrer des difficultés, mais c’est moins qu’en Belgique et en Allemagne (30%) ou en France (36%).

Plus simple pour les hommes que pour les femmes

L’âge de leur manager ne semble pas non plus être un problème pour les salariés luxembourgeois. Ils sont 85% à ne pas accorder d’importance à cela «à partir du moment où celui-ci est inspirant». À noter tout de même que 66% préfèrent avoir un manager de leur âge ou plus âgé. Alors que 36% des salariés considèrent que leur manager ne traite pas de la même façon les collaborateurs selon leur âge.

Pour ce qui est de la communication avec son supérieur, on enregistre au Grand-Duché des différences entre les hommes et les femmes. Ainsi, 42% des salariés hommes âgés de 18 à 24 ans utilisent les réseaux sociaux pour entrer en contact avec leur manager, alors que seuls 24% des femmes du même âge utilisent cette méthode.

L’étude Randstad Workmonitor a été réalisée entre avril et mai 2018 sur un échantillon de 400 personnes âgées de 18 à 65 ans et travaillant au Luxembourg.